Skip to content

Internet n’aime pas le passé

août 19, 2012

Je vais parler du #old. Pour ceux qui ne fréquenteraient pas de hipsters sur Twitter, il faut expliquer que le old y est pour eux l’insulte suprême. Imaginez :vous vous promenez nonchalamment sur le web, et vous tombez au hasard sur un site, une info, une idée qui vous semblent intéressante, et vous la mettez sur Twitter. GROSSIERE ERREUR (on dirait « fail » mais nous sommes chez les hipsters, et l’expression « fail » est vraiment trop mainstream).

Votre erreur, donc, c’est de ne pas avoir vérifié d’abord si ce dont vous avez parlé n’était pas OLD. Tweeter une vidéo vieille d’un an, d’un mois, de trois jours, sans préventivement expliquer « old, je sais, mais… » c’est prêter le flanc aux railleries, voire perdre toute crédibilité aux yeux de certains. C’est bien pire que de faire une faute d’orthographe. C’est une faute de temps.

Je me moque un peu des hipsters, parce que c’est facile, mais il faut l’admettre, ça peut nous arriver à tous d’avoir un réflexe de dédain quand nos amis moins branchés que nous publient sur Facebook un truc qu’on connait depuis plusieurs jours. Surtout quand ils obtiennent plein de likes. Enfin ça m’arrive à moi en tout cas, même si heureusement je ne suis pas assez con pour ensuite expliquer aux gens que je suis plus cool qu’eux parce que j’ai tweeté le lien vers ce costume pour chien deux jours plus tôt.

Les réseaux sociaux n’ont pas de mémoire, du moins on leur reproche souvent. Ils sont toujours dans l’instant, dans la nouveauté à tout prix. Faire vivre les infos, les idées, les liens un peu plus longtemps, ça devrait être une bonne chose. Pourtant, au delà de notre vanité de trouveur, n’y-a-t-il pas quelque chose qui nous est fondamentalement désagréable dans l’expérience du old ?

La psychologie cognitive décrit un état qu’elle appelle le « flow », dans lequel l’individu rentrerait lorsqu’il accomplit une tâche qui n’est ni trop facile, auquel cas il s’ennuierait, ni trop difficile, auquel cas celà deviendrait désagréable. Quand on est dans le flow, on s’amuse et on ne voit pas le temps passer, en gros, ce qui a rendu le concept populaire dans le milieu du gaming puisque l’état de flow est celui dans lequel cherchent à nous mettre la plupart des game designers. En flow, on peut passer des heures sur un jeu sans s’en rendre compte.

Sur internet aussi, on peut passer des heures sans voir le temps passer… Jusqu’à ce qu’on tombe sur un old. Ca créé une sorte de décalage temporel. D’un coup, on ne parle plus tous de la même chose. On n’est plus dans le présent perpétuel. Il y a une temporalité apparente. Le flow n’est plus.

La plupart des gros sites web sont conçus pour fonctionner en symbiose avec l’actualité, et c’est d’autant plus vrai pour le web 2.0. Quand l’actu nous lâche, tout part en sucette. Sur les sites d’info, même les plus sérieux, les jours où il ne se passe rien la section des articles les plus vus n’est plus remplie par les nouvelles neuves du monde, mais par les vieux articles putassiers sur les chiens courageux et les scandales people. Twitter se sent obligé de s’intéresser à la liberté d’expression des féministes russes. Sur Facebook les fanpages de supermarché font le buzz avec des devinettes piquées dans la section jeu d’un vieux Super Picsou Géant.

On pourrait profiter de ces moments comme des respirations, pour se ressourcer, pour aborder les sujets de fond, pour approfondir. Mais internet n’est pas fait pour ça, et ce de plus en plus. Même l’algorithme de Google pratique le old : l’an dernier Panda, une mise à jour importante du moteur de recherche, a dégradé le référencement de millions de pages parce qu’elle n’avaient pas été mises à jour depuis longtemps. Parmi les victimes, on imagine bien sûr des tas de pages parfaitement complètes, les meilleures sur leur sujet, qui disparaissent chaque jour un peu plus loin dans les résultats de Google simplement parce qu’il n’y a pas grand chose de nouveau à raconter aujourd’hui sur Hope Mirrlees ou GK Chesterton.

Il y a même un courant chez les éditeurs de Wikipedia qui affirme que l’encyclopédie est complète, qu’elle couvre suffisamment toutes les connaissances actuelles de l’humanité et qu’elle n’aurait plus besoin que de mises à jours ponctuelles au fur et à mesure de l’actualité. C’est triste, non ?

Bien entendu, on trouve aussi des sites qui font des efforts pour nous sortir de ce présent perpétuel, que ce soit Archive.org, ou Facebook avec sa Timeline. Google garde malgré tout une mémoire incroyable. Mais pour en profiter il faut de plus en plus faire l’effort volontaire de sortir de l’état de flow dans lequel les réseaux sociaux nous plongent.

Advertisements
13 commentaires leave one →
  1. août 20, 2012 09:52

    Je ne vois pas où tu veux en venir avec ton article. On dirait une sorte de concentré de haine envers ceux qui pensent qu’Internet ne peut & ne doit pas reculer (donc, vivre dans le passé) et qu’il doit plutôt toujours être en avance sur lui même.

    C’est plutôt ça, le point de vue des « hipsters » (ce terme n’a pas grand chose à voir dans ce débat du #old, ceux qui distribuent les #Old ne sont pas forcément hipster, mais ça doit être hype d’utiliser ce terme à tout va) : ne pas laisser le web dans le passé. On devrait les remercier, ces gens là. Sinon on en serait toujours à « oh j’ai découvert de l’eau sur Mars ^^^^^ ».

    Après, tu essayes de faire une sorte de comparaison entre le flow (ne pas voir le temps passer car on fait un truc ni trop pénible ni trop facile qu’on ne voit pas le temps passé) et ce #old. Donc ceux qui tweet quelque chose d’il y a 2 mois sont dans le flow donc ont le droit de remonter des choses du passé ? Je ne vois pas le rapport o_o

    Dommage, cet article aurait pu être intéressant si mieux construit & mieux argumenté en prenant le « oui » / « non » / « oui non » du sujet.

    • 2goldfish permalink*
      août 20, 2012 12:01

      Je ne veux en venir nulle part, je n’ai rien de définitif à dire sur le sujet, je l’admets volontiers, c’est plus une série d’observation. Du coup je ne sais pas où tu vois de la haine, et j’avoue ne pas comprendre toutes tes critiques. Je n’ai pas l’impression que l’article dont tu parle soit celui que j’ai écrit, et pour tout dire ton commentaire n’est pas très clair. L’incompréhension est totale.
      Puisque c’est moi qui ait écrit l’article, c’est sans doute de ma faute, à la base. Je fais de mon mieux pourtant.

      Cela étant dit, je peux répondre sur un point : pour moi pratiquer le « old », c’est le truc le plus purement hipster du monde. Un hipster, à la base, c’est qu’elqu’un qui est « hip », donc au courant des dernières tendances. Ca a pris un sens péjoratif assez vite, et older quelqu’un, c’est lui faire comprendre que nous, on est hip, et pas lui. Pas besoin de porter des wayfarers pour ça, même un vieux geek mal sapé peut être un hipster sur Twitter.

      • août 21, 2012 08:27

        J’pense pas qu’on puisse associé aussi directement le mouvement hipster aux gens qui ne sont pas au bord de l’autoroute de l’information et qui voient passer les voitures à toute vitesse, c’est ça que je voulais dire, au final.

        Enfin bon, après, je ne pense pas qu’on puisse être réellement objectif sur le sujet.

      • août 21, 2012 09:49

        Putain même moi je dis plus « autoroute de l’information » depuis 2001. OOOOOOLD.

      • août 21, 2012 10:15

        Ta contribution à ce débat est au moins égale à l’intérêt que suscite l’information communiquée dans ton message…

        T’as raté une occasion de te taire :)

      • 2goldfish permalink*
        août 22, 2012 12:25

        Je ne faisais que pointer du doigt la façon dont il invalidait lui même son argument en défense de son droit de « older » en utilisant un concept qui a fait long feu (ce qui, pour le coup, est bien plus problématique que de tweeter un vieux lien).

  2.     permalink
    août 20, 2012 17:29

    Et surtout, le OLD c’est le truc de ceux qui ont le privilège de pouvoir passer toute la journée à colorer en violet des liens bleus.

    C’est vrai que quand t’es dans le flow, un gif déjà vu 1000 fois sur 4chan et qui ressort d’on ne sait où, ça engendre une « perte de temps », un click inutile, ça peut être vécu comme une sorte de vol de temps de cerveau disponible.

    Mais si on décrète qu’une fois passé par la front page de reddit un lien ne doit plus jamais refaire surface, on laisse de côté pas mal de monde et on ne pourrait plus vraiment parler de construction d’une culture numérique commune.

    Et de toutes façons…

    ->

    Also

    Bonus

  3. août 20, 2012 17:31

    Cet article est old

  4. août 20, 2012 18:16

    Le point de vue de l’auteur est intéressant.

    En fait je crois fondamentalement que Google se plante (si on s’accorde sur la stratégie que l’auteur de cet article lui prête « 8éme paragraphe »).

    Le phénomène du OLD, ça m’évoque juste « des gamins qui auraient découvert un nouveau jouet, convaincus de sa qualité, de sa pertinence et de sa richesse (on n’emploie rarement ce tag OLD pour des info sans intérêt mêmes ultra fraîches), comme un chien fou qui s’emploierait à essayer d’attraper des petits oiseaux dans une rue pavée étroite… #ridicule

    Je crois fondamentalement (c’est la deuxième fois) que bientôt (n’est-ce pas déjà le cas) plus rien de très pertinent ne sortira tant la quasi totalité des thèmes, idées ont (seront) déjà traités, trouvés etc

    En fait, je crois dans un phénomène strictement inverse, où bientôt, (c’est la deuxième fois; la symétrie est importante) l’intégralité des recherches porteront sur des informations du passé et on s’émerveillera à (re)découvrir tout un tas de choses, tant « la nouveauté » sera bien pauvre en « nouveauté ».

    Toute la difficulté sera de donner accès à ces informations (cf. rythme exponentiel des informations nouvelles publiées sur le web chaque jour), et visiblement Google s’y prépare mal.

    Bonsoir

    • 2goldfish permalink*
      août 20, 2012 18:33

      Attention, Google Panda ne fait pas que dévaluer les sites pas suffisament souvent mis à jour : sa principale mission était de s’attaquer aux fermes de contenu, et les résultats ont été plutôt probants, je crois. Cependant s’il est vrai que ce Panda dévalue les sites pas assez mis à jour, c’est au moins en partie parce que c’est un bon moyen de lutter contre ces fermes de contenu.

  5. Ben permalink
    octobre 3, 2012 15:27

    test

Trackbacks

  1. L'Internet n'est pas neutre (première partie) : Pourquoi on aime les trolls | Boum BoxBoum Box | Version 0.2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :