Skip to content

Les ploucs et les touristes du web

août 4, 2011

J’aime beaucoup cette analogie faite par Virginia Heffernan du New York Times entre le développement du web et l’histoire de l’urbanisme. Tout le monde connait bien l’histoire de l’urbanisme, n’est-ce pas ? Tant pis.

En gros l’idée c’est que les forums, channels IRC et autres outils de l’internet 1.0, sont comme des villages : des communautés fragmentées où l’on parle un patois local (à base de smileys et d’acronymes abscons) et où la solidarité est plus importante que l’économie de marché (le bénévolat et les donations assurent le fonctionnement de la communauté plutôt que la publicité).

Les réseaux sociaux sont eux plutôt comme des villes nouvelles, conçus par et pour les outils de mesure statistique et adaptés à l’économie de marché (publicité, social shopping, etc…).

SCHTROUMPFS VILLAGE

Ce qui rend cette analogie intéressante, c’est qu’on peut la pousser un peu plus loin dans plusieurs directions et trouver des correspondances intéressantes. Par exemple, on se rend compte que les réseaux sociaux comme les grandes villes favorisent un comportement individualiste puisqu’ils sont par définition des réseaux et pas des communautés.

Il ne viendrait souvent pas à l’idée de l’habitant d’une ville moderne de s’occuper de nettoyer les trottoirs lui même ou de venir en aide à son voisin qu’il ne connaît pas vraiment, parce que la solidarité a été externalisée et est devenu le rôle de l’Etat/la région/la commune. De même sur les réseaux sociaux, la solidarité est le rôle d’une figure régulatrice centralisée.

Si Facebook bannit un individu isolé, sa famille et ses amis sont peut-être choqué mais la « communauté Facebook » s’en fout. La solidarité communautaire, comme en ville, ne s’exprime que ponctuellement et massivement, via ce qu’on appellera un mouvement social, comme quand Facebook change ses conditions d’utilisation pour dire que votre visage lui appartient, par exemple.

ville Pixel par ebay

L’habitant des réseaux sociaux n’a de communauté que celles qu’il amène avec lui depuis l’extérieur  : famille, amis, collègues. Il est possible que des communautés se créent sur les réseaux sociaux, autour d’un intérêt pour une marque, un film ou un autre objet quelconque mais le social networker peut tout aussi bien choisir de n’en rejoindre aucune, comme dans une ville il peut ne rejoindre aucun club de sport, parti politique ou organisation quelconque. Le villageois/forumeur, lui, fait partie d’une communauté qu’il le veuille ou non.

Une certaine catégorie d’habitant des réseaux sociaux se félicite de son indépendance et regarde les communautés comme des rassemblements de ploucs. Il se moque qu’on y dise MDR au lieu de LOL, qu’on utilise des smileys au lieu de hashtags. S’il est particulièrement cruel il crée un blog comme Doctissimo m’a tuer pour se moquer de ces ploucs, ou bien il organise les Craypions d’Or (s’ils se moquaient assez peu des communautés, finalement, ils s’agissait par contre une initiative d’internautes urbains qui prenait pour cible des sites régionaux).

rednecks

Bien sûr ce n’est pas comme si les « ploucs » de l’internet étaient des petites créatures innocentes en proie au moqueries des sophistiqués social networkers. L’un des plus grand forum du monde, Something Awful, est pratiquement dédié à la moquerie du reste de l’internet. Il est aussi, avec 4chan (un autre forum), une des usines à mèmes dont on raffole sur Twitter et Tumblr.

Parfois, comme dans la guerre 4chan vs. Tumblr, les communautés se rebellent contre les réseaux. Plus souvent cependant, quand des twittos découvrent une communauté, on les considère avec amusement, comme un car de touristes perdu au milieu d’un village étranger auquel ils ne comprennent rien, et on attend qu’ils partent comme ils étaient venus, pour retourner vers ce qu’ils semblent curieusement considérer comme un « chez eux ».

Comme tout le monde, les « doctinautes », les « anons », les forumeurs et les chatteurs sont aussi des blogeurs, des twittos et des facebookers aujourd’hui, de toute façon. On est tous le plouc de quelqu’un d’autre.

Publicités
7 commentaires leave one →
  1. août 4, 2011 09:59

    Peut-on parler d’exode rural sur le web ?
    La comparaison contient quelques limites tout de même, chacun développant ses petites relations avec plein de communautés.
    Dans la vraie ville ça voudrait tout de même dire que les billets d’avions et es voyages dans le temps sont gratuits :)

    Mais la réflexion est brillante, merci

    • 2goldfish permalink*
      août 4, 2011 10:17

      L’article du NY Times est justement attaché à l’angle « exode rural » puisqu’il parle avant tout de la mort lente de certains des plus gros forums américains, mais effectivement cet angle m’a moins interessé parce que d’après mon expérience, les membres des forums encore actifs aujourd’hui sont tous devenus amis sur Facebook depuis belle lurette.

  2. Statler permalink
    août 4, 2011 10:29

    Pratiquant intensément Tumblr, je pense que c’est une grande ville de province, avec tout ses wannabees, ses scènes locales, et plus globalement cette opposition métropole/attachement au terroir (je me permets de dire ça parce que j’ai vécu une grande partie de ma vie dans une ville de 400 000 habitants) (3615mavie).
    4chan, je vois ça comme un trucs qui a vécu la trajectoire village=>faubourg/ghetto. Je m’engage pas sur l’étape bobo/hipster, mais c’est possible.

  3. août 4, 2011 11:06


    +

    //

    • août 11, 2011 15:20

      Intéressant.
      Pour moi, le Web suit les évolutions de la société. On est de plus en plus individualistes, les réseaux sociaux, Facebook en tête, permettent d’assouvir à plein ce besoin d’individualisme, de personal branding couplé au voyeurisme, ce que ne permettent pas les forums. Les forums spécifiques, ou élitistes, je les voit pas mourir, car les gens qui y sont ne trouvent pas ailleurs ce qu’ils y partagent, et surement pas sur FB.

Trackbacks

  1. Liensdumatin 08/19/2011 « Ray's liens du matin
  2. L'internet n'est pas neutre (deuxième partie) : le réseau vs. la réalité | Boum BoxBoum Box | Version 0.2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :