Skip to content

Histoire d’internet en chanson

août 1, 2012

Avant l’invention des chats rigolos par 4chan, la musique dite « populaire » était un des moyens les plus rapides et direct de décrire, commenter ou moquer la société à un moment donné. Elle nous laisse ainsi des témoignages essentiels pour les historiens sur l’esclavage aux Etats-unis, la révolution française ou les érections de Bali-Balo.

Malgré l’avènement de ce que certains appelleront « Le LOL », en hommage à l’expression utilisée sur internet pour ne rien dire (« salu sa va lol« ), la chanson populaire n’a pas complètement perdu sa capacité à cristalliser le zeitgeist, au point qu’on peut par ce biais découvrir une nouvelle façon de voir l’histoire des réseaux : internet, sous cet angle, c’est avant tout un lieu où se négocient chez les adolescents des compromis entre pulsions hormonales et peur de l’autre.

L’internet 1.0 était un endroit bizarre, réservé au geeks. On y parlait une langue étrange, on s’habillait mal, on avait douze ans, nos tentatives de moustache étaient ridicules. Pourtant, l’histoire nous donnera raison et nous réécrirons cette période comme une glorieuse époque où, pionniers du réseaux, nous imaginions de nouvelles formes de liberté (comme celle d’aller voir des têtes décapitées sur rotten.com).

Il s’est ensuite passé un truc pas vraiment anticipé : l’arrivée d’internautes du sexe opposé. Dès lors, l’internet commence sa transformation en ce que l’on appellera le « web 2.0 » en référence à cette nouvelle mixité. L’activité principale de tout une frange de nouveaux internautes, c’est la discussion instantanée, qui a pour but principal la séduction. On trouve des chansons dédiées à ces hauts lieux de drague qu’étaient les chats Caramail. Chez la jeune chanteuse Tessa Martin, ont perçoit tout l’inconfort et l’étrangeté de la situation : des adolescentes (et adolescents) naïfs entrent en contact direct avec ce qu’internet a produit de geeks et de pervers.

Réponse à ces chats décidément trop sulfureux, MSN sera pendant quelques années un lieu de repli stratégique permettant des rencontres et échanges platoniques entre adolescents, comme en atteste la chanson assexuée mais enthousiaste de Lylloo.

A peu près au même moment, pour permettre la drague dans une plus grande sécurité, on invente les sites de rencontre payant, où contre une trentaine d’euros par mois les femmes peuvent se faire harceler et les hommes ignorer. On imagine alors que payer est le meilleurs moyen de repousser les hordes de pervers au fins fonds du web (cf. 4chan).

Signe de l’importance prise par le web 2.0, c’est Diam’s, alors pressentie pour être ministre de la culture dans le cas improbable d’une élection de Segolène Royal, qui signe l’hymne définitif des sites de rencontre. La chanson évoque les profils remplis par les jeunes demoiselles sur les sites de rencontre, avec leur liste de critères désuets, et les codes de l’époque (l’obligation de présenter deux photos notamment).

L’histoire récente aura vu la montée d’une nouvelle forme de site de drague, appelée « réseau social », qui mélange la sécurité (illusoire?) du site de rencontre et du chat entre copains à la MSN. Parmi eux, Facebook aura rencontré le plus grand succès, parvenant à transformer bon nombre de codes ancestraux des relations sociales : les relations amoureuses ne sont officiallisées que lorsqu’elles sont enregistrées sur le site, et même le terme ami ne veut plus tout à fait dire la même chose qu’avant. Encore une fois, nous avons une chanson pour illustrer l’importance prise par Facebook dans les jeux de séduction de tous, bien au delà de l’adolescence :

En quelques années, internet se sera imposé dans la vie dite « offline » par bien des moyens, et son influence sur la vie amoureuse n’est pas le moindre. Le sujet semble encore indigne de considération pour des musiciens aux ambitions plus adultes, mais nul doute que, passé ces odes adolescentes à la séduction, on verra fleurir dans les prochaines années de plus en plus de ballades inspirées par des séparations sur Facebook ou quelque autre site du futur. Il n’y a pas de raison que la génération qui s’est rencontré sur le web n’ait pas son « Rumours » ou son  « Blood On The Tracks ». On pourrait au moins en faire un autorap.

PS : Dans la rédaction de cet article, nous avons volontairement ignoré les chansons sur Myspace, les horribles Twitter SongsTumblr, The Musical et pas mal d’autres tristes exemples de chansons qui avaient le mauvais goût de s’adresser à d’autre cibles que les adolescentes et n’étaient donc pas 100% sérieuses. L’internet des hipster et autres rockeurs barbus présenté dans ces vidéos mériterait peut-être son propre article.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. Nico_dude permalink
    août 2, 2012 17:31

    Quid de génération T.E.X.T.O ?

    Une chanson des inénarrables Be Wiz’u dont les paroles sont riches d’enseignement sur les usages du web ?

    Voici les paroles :

    Et les filles, je viens de recevoir un sms de morgane.
    Lisa : – Oh trop cool !
    Devi :- Elle dit quoi ??
    Etienne – Bah elle nous demande de se connecter ce soir sur MSN
    Devi – Ouai attends, je suis connectée je regarde ;)
    Lisa- Tu peux me passer son facebook steuplait, que je la demande en amie ?

    Tous- T E X T O, génération T.E.X.T.O, nous on s’aiment et on s’le dit sur MSN
    Tous- T E X T O, Génération T.E.X.T.O, et on soigne notre look en photo sur facebook

    Lisa – Communiquer maintenant c’est facile. On se passe des appels utile ou futile
    Etienne- On s’envoie des photos, c’est instantané, en prenant soin de ne pas eclater son forfait.
    Devi- Quel est ton pseudo et ton numéro, je t’envoie des fichiers pièces jointes en dossiers
    Etienne- J’tape un SMS, tu le reçoit express.
    Devi- Tu me répond par courriel sur mon adresse mail
    Tous- T E X T O, Génération T.E.X.T.O, nous on s’aiment et on s’le dit sur MSN
    Tous- T E X T O, génération T.E.X.T.O et on soigne notre look en photo sur facebook.
    Tous- T E X T O, génération T.E.X.T.O, nous on s’aiment et on s’le dit sur MSN
    Tous- T E X T O, génération T.E.X.T.O et on soigne notre look en-photo sur facebook

    Lisa:on peut maintenant se customiser en logo et en unité,la soif dans les eaux.
    etienne:Avoir un abonnement tout illimité ,bien plus pratique pour ne pa éclater son forfait.
    Devi:Attrape mon pseudo ,prends mon numéro j’ai des trucs a t’envoyer on va bien se marrer.
    Etienne:je suis l’homme d’la mode, dès trucs a la mode
    Lisa:trop fort je vais écouter j’vais télécharger.

    • 2goldfish permalink*
      août 3, 2012 12:12

      Je ne connaisais pas, c’est une belle découverte, même si c’est un peu confus : la génération texto a l’air de passer plus de temps sur MSN et Facebook qu’à s’échanger des SMS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :