Skip to content

One day closer to death

avril 15, 2014
by

Ceci est un billet sur rien. Parce que rien, parfois, c’est tout ce que tu fais. Il y a des journées comme ça où, lorsque le soleil se couche et que tes cellules ont pris 24 heures de plus dans la gueule, tu n’as pas avancé. Ni dans tes rêves, ni dans ta compréhension du monde, ni dans tes relations sociales, ni dans ton taff, ni dans ce qui t’importe dans la vie.

Des journées inutiles, oubliables, des petites journées mortes-vivantes. Il est où l’horizon ? Tu sais pas, tu l’avais oublié parce que tu regardais tes pieds.

Tu as produit des choses sans qu’elles ne portent de fruits, tu as parlé à des gens sans que ça ne t’avance, tu n’as rien construit, posé aucune pierre solide à l’édifice, tout juste des grains de sable, jetés au vent et qui te reviennent dans la tête pour s’incruster dans tes rides un peu plus profondes.

Des journées où tu t’es épuisé à faire ci, à faire ça, toutes ces choses qu’il faut faire. A courir derrière des urgences qui fuient vers l’avant, écrire des projets qui ont changé de direction, faire des réunions sans résoudre les problèmes, réfléchir sans trouver les bonnes idées. Des journées où tu te sens comme un bon vieux rouage qu’on remplacera demain s’il fêle ou s’il casse. Où ta foi en l’existence s’effondre parce que ta foi en toi-même est dans les chiottes.

Grimper des montagnes et s’arrêter en chemin. Regarder derrière soi et se rendre compte que t’es allé beaucoup moins haut que ce que tu pensais. Qu’il serait peut-être temps d’arrêter de se raconter des histoires. Qu’il est possible que t’aies juste tout planté, à tous les niveaux, dans une quête foireuse d’ego foireux pour bolosses foirés.

todays-my-birthday

Après, t’écris de la prose de bas étage et même si c’est pas ouf (qu’est ce que tu peux faire d’autre ?), t’appuies quand même sur « Publier ».

 

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. avril 16, 2014 01:41

    Plus globalement qu’achèverons nous d’important pour l’humanité pendant notre vie ?
    Les dépressifs, évitez de vous poser la question.

    Bises.

  2. gifi_ permalink
    avril 16, 2014 16:39

  3. avril 17, 2014 20:04

    <3 nice
    @master toi même tu sais

  4. avril 17, 2014 21:52

    Ecrire plus, dessiner plus, lire plus, coder plus.
    Faire plus, et le publier.
    Allez!

  5. avril 24, 2014 14:47

    Manger.

  6. recher permalink
    mai 1, 2014 17:23

    Ça m’arrive d’être dans ce genre d’état d’esprit.

    Dans ce cas, je regarde ce que font les autres autour de moi, et je me dis : « ah mais ils ont eux aussi une vie merdique ».

    En fait, c’est pas que le monde est merdique. C’est que notre imagination et nos envies dépassent de loin les capacités de ce monde. Ce qui est finalement rassurant. Car l’imagination, ça sert à plein de trucs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :