Skip to content

La génération Y a 30 ans

janvier 3, 2014

Y’a quelques années, j’avais écrit un truc que j’aimais bien sur la génération Z sur le blog de mes copains de Flu. Mais avec les années et les rachats du Web, Flu c’est devenu un rubrique de Première et les blogs ont mouru dans l’oubli.

Là, aujourd’hui, j’assiste un peu impuissant au passage de tous mes potes par delà la trentaine (sauf Fish qui s’avance vers les 40 balais en gardant les yeux pointés vers le soleil), et je vois, dans leurs sourires résignés, leurs yeux plissés et leurs blagues de circonstance, que ça les déprime à mort. Y’a pas vraiment de raison, moi je dis, parce que la trentaine c’est comme la vingtaine avec de la thune, mais je vois – dans ces regards désabusés et ces remarques aigres-douces – je vois la vérité… La génération Y a 30 ans et elle est totalement déprimée.

linkin

Perso, cette grosse bullshit générationnelle avec des lettres, ça m’a toujours amusé. J’ai dû conseiller le Generation X de Coupland à des centaines de gens avant de me rendre compte qu’il y’avait meilleure littérature*. Et ça m’amuse suffisamment pour écrire dessus. Mais quand même c’est de la connerie, on le sait. On résume pas une génération en une page Wikipédia.

Rien que le trip du « Why » (génération Y + Y se prononce comme « why » en anglais = la génération Y est celle qui demande « pourquoi« ), tu sens déjà la théorie qui pue la fraude… Le bon sociologue charlatant qui veut te mettre une banane dans l’oreille en théorisant des jeux de mots.

* C’est pas vrai, je lis de la daube SF à longueur de mois.

Au bord du gouffre, à 29 ans, je sais pas pour vous, mais moi j’ai jamais clairement ressenti le besoin de demander pourquoi… Plutôt « comment » ? D’ailleurs, chuis pas le seul.

How Vs Why dans les recherches Google

How Vs Why dans les recherches Google

Comment on trouve un job ? Comment on se démerde à travers la boue du chômage ? Comment ça marche ce putain d’Internet ? Comment on fait pour avoir une situation à 25 berges comme nos parents ? Comment on loue une studette à 2000 euros par mois sans devoir cuire des lentilles avec l’eau des chiottes ? Comment on fait pour élire des gens auxquels on croit ? Comment on tombe amoureux quand y’a trop de gens dans trop de réseaux ? Comment on réussit sa vie au 21e siècle ?

Avant c’était simple :
De 0 à 10 : t’apprends.
De 10 à 20 : tu te construis.
De 20 à 30 : tu expérimentes.
De 30 à 40 : tu construis.
De 40 à 50 : tu détruis.
De 50 à 60 : tu regardes tes enfants construire et tu prodigues des conseils foireux..
De 60 à 70 : tu plantes des légumes.
De 70 à 80 : tu dépéris.
De 80 à 90 : tu meurs.
Bonus pour les plus de 90 ans : tu reçois des compliments hypocrites sur ta bonne forme même si tu portes des couches.

Sauf que la Génération des Y30 s’est retrouvée coincée entre les bonnes vieilles conventions sociétales des années 80 et la révolution digitale des noughties (les années 2000). Des années d’étude. Des années de galère avant de toucher un job correct. Des années à sauter d’un poste à l’autre sans véritable plan de carrière. Des années sans que tes parents comprennent quoi que ce soit à ce que tu fais. Mondialisation, numérisation, récession. Trois mots clés d’un nouveau paradigme traumatique qui a mené des centaines de milliers de jeunes dans la perdition mentale.

anything

Comment être sûr de faire les bons choix quand t’es juste un gamin de 30 piges ? Out of time. Out of fucking time. Gasoline gut with a vaseline mind.

Comment tu traverses un truc de l’ampleur de la révolution industrielle + la crise économique de 29 en gardant tes repères ? Comment tu tiens les standards hérités de tes parents dans un monde où ils n’auraient pas pu survivre ? Comment tu restes honnête envers toi-même tu as déjà du mal à savoir ce que tu veux ?

Boh, je lâcherai pas ce billet sans quelques éléments de réponse… Parce qu’on a beau morfler et payer les pots cassés d’un système qui s’égare, n’oublions pas, amis plus ou moins trentenaires, qu’on est également la génération miracle. C’est p’t’être optimiste mais…

5 mois plus tard. Oué… Je reprend donc ce brouillon avec 5 mois de retard. Franchement, je ne sais plus vraiment ce que j’allais ajouter mais on va combler.

Génération miracle donc. Celle qui n’a plus besoin de diplôme pour réussir dans les nouvelles branches. Celle qui peut se faire connaître et reconnaître, très tôt et très largement, par son talent. La génération des ados surdoués, des Parker Lewis & Ferris Bueller du quotidien. Celle qui peut évoluer plus rapidement dans une boîte parce qu’elle a traversé et muté à travers tous les changements culturels et technologiques qui ont définitivement largué la génération d’avant.

Celle en phase avec son époque : innovante mais dépressive, intelligente mais apathique, ambitieuse mais aveugle, drôle mais suicidaire.

dontknow

Pourquoi c’est comme ça ? Chais pas, on s’en fout.
Comment prendre le virage sans finir dans le décor ? Voilà une question maligne.

Mais j’ai pas la réponse.

Advertisements
One Comment leave one →
  1. Héloïse permalink
    février 12, 2014 01:19

    <3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :