Skip to content

LoR to Graphf on s’an ba lé kouille

octobre 20, 2010

Ya un truque ki m’en merd’ tré (tro!) souvant, c’quan tu tombe s’ur le sitt dun pèlerhin banal, ki di ses banalitay de mek lambeda, sure dé truk d’ifon ou sûr d’otre daylire du ouaib naz et chian ki fé l’ordinarité banhale dé blogocouillon teubay.

Donk le relhou ki gèrr son blogu, y  l’a remplli dé pajes é dé paje à dir dé truk kons é tou é tou. Il ha un publik, dé com’ é des keupins é tou se jolhi mond’ se branlhe en sserkles dan la joua é la bon’umeur de laa vakuitay hordinère.

Et bam! D’un cou, dan lé com’s de c’blogg au alures de fâite à la saussisse, t’a un peti guedhin ki débarke é ki poze son spich avek un mépri onteuzement élémantère poure lé règle d’ortograf é de gramère lé plu basiks.

KEEEUWAH ?!!

Sécri le propryo, houtragé dan son servo limitay par linpudance de la vorton !

Mé koman oze-til ?!!!!

Sétouff til, tél un facoshaire konstipé de la taite.

Issi, on parl FRANSSAIS, pa de SMSS, tu fé gaff à koman t’écris, tu fé un EFFOR, sinôn on te li mêm PA !

Et voualà. L’enculay. La fôrm priman sùr le font. Come si paske tu di de la merd en y metant les forms ell sentiré bhien méyeur. J’iré pas juska cotionné lé propaus dun guars kom THTH » (p’tèt prinssipalment passke je pije pa tou ski dit (p’tèt prinssipalment parsky s’essprim pa poure ce fèr comprend (p’tèt prinssipaleman parski camouffe un diskoure creu ?) mai j’en sui pa certin) je pourré fair pluss déforts javou) mais je kotionne lé propo dun mec come THTH, ki parfoua fé dé blag en parlan de lhipérconnecFion (ce ke je trouv pa drôl (ni neu compran) mé bon passon).

Cett ékritur étranje n’é pa le symbhol d’unn jeunèss ignhâre, com’ tan dconnar sembl le kroir’, jé vu de mé ieu, VU je te di, dé putain de komérciau é de dirlo sorti dékole, manié dé komand’ à 100 mil boul et dé kontra à 1 miyion deurô en envoyan dé méls bhourré de fôtes. Y f’zaien pas esspré.  Et les clihant leur réponday pareiyeman. Et dés gro bouffmêrdes gra d’orgueuy allée lé korigé sùr un thon condéssendan, tro heurreu de pouvouar s’en moké, com’ dé putin de proff de françés deu huittiaime zone. Kôm dé péttheu san poézie, étouffay pâr la vène suffizance de savouare où se kollent lé doubls konsônes dan « ACCAPPARRER ». Dé incompétan inkapabl de fèr le tière de leur taf » corréctment et ki s’en allé si prompetement et joiyeuzment pétay lé kouiyes.

Dygnes enffan de la pûthe Bécherèlle.

Poézi, wouai ! Le jeux dé mos, dé saveur é dé sensassions à la lekture. Tu conné se test ou on te fé lir un text aukèl il manke dé lettre et tu ten apéssoi mèm pâ telleman t’a pa besouin consciemman de leur présansse ? Cé leu procésuce d’açamblage fonoligike. Ba cé un peu paréy’. Ton cervô n’a pa besouin ke tou soi ékri comm au diko pour pigé la substancièl moile dun text sur l’in tér nètte, suffi just de pa avouar léspri coinssay en travèr du gro kul de là psicorijiditay. Si tu veu lir un truk où tou é bien à sa plasse, fô ouvrhir la Bibl’, cé dan sés guidelinez.

Esse ke lé môm y pigen ski fon ? OUAI. Y s’abroge dé règle de dikté à la kon néées d’une èpok révolu en pluss de 140 karacktèrs. Rimbaus modeirns, suivan depui dé sièkle le siyon creuzé pàr les vyoleurs du langaj’e,  lé révoltay du Verb, lé torssionère gramaticos. Lé vrai poètes, ceu ki n’alignen pa du senss à cou de bôh vers (de tèrr). Ceu ki récrént, désakralizent, konjuguent leurs maux au temp de lheur libbértai. Y joué du pianno par tèrre, cé p’têt un détaye pour vou, mé poure moi sa nik sa mère. La poézi dan l’oeuy du lekteur. La ou ell a toujhoure étai. Pa dan la plum’ du boufon d’oteur, l’otiste, cèll qu’y te mé dan l’oeil et pour lakell tu remérci. Ta vu ? Ba non, ta pa lu. Tu l’a basé. Bauloss. Pourtan ça t’auré pri deu minut’ é t’en serai pa sorti moin kon. Tou sa pour te branlay l’orthaugraf. Une bel mécanik de pensay biien uilée pour jamai touché le fon.

Mé c’pa sufisan pour lé vré persone ô gran koeur…

Lé brave, souven détestay, ki krakent les cervô avèc dé mot rigololo.

Advertisements
23 commentaires leave one →
  1. Baleine des sables permalink
    octobre 20, 2010 10:41

    Ah ah ah je te déteste xD

  2. octobre 20, 2010 10:55

    Je suis dakor.

    Moa ossi o débu sa me Ksé lé kouye. Pui jé konpri ke la plupar 2 cé jeun kon ékrivé com sa parske cé plu rapid é plu simpl tandi ke moa je pèr dé plonbe a rédijé 1 sms kom si cété du Racine.

    Jé konpri ossi ke sa lé zempéché pa dékrir très bi1 a lancienne kan il zavé 1 nexame a la kon a passé.

    Du cou jé réalisé kil zété pa si kon cé jeune, é ke cété peutètre moa kété 1 vieu kon.

    Bon post ! (koike pa trè lisibl pour 1 vieu kon)

  3. octobre 20, 2010 11:16

    Lol j’aimeré savoir coment tu t’y e pri pour rédigé cet artikle aut en couleurs XD
    As tu bu bocou 2 redbull en regardan lé digimon pendant 48h d’afilé ou t’e tu servi dé ressource 2 l’1ternet pour transformé 1 vrai texte en parlé jeune lol

    • octobre 20, 2010 11:44

      Na, jé fai kôm un hartizan, tou àla mhin. Sa ma pri 2 heur putin, défoi j’oublié lé foths.. ;o

      • octobre 20, 2010 12:02

        Lol oué G u la rétine araché par 1 « bien » o lieu d’1 « bi1 »

        X_O

  4. Mary Lane permalink
    octobre 20, 2010 11:27

    Cet article est terrifiant. Je n’ai pas tenu plus de trois lignes. Je te suspecte quand même d’aimer écrire comme ça…

  5. octobre 20, 2010 14:59

    Ce post m’a fait saigner les yeux. Je n’ai pas pu aller au bout…

    J’offre un poster dédicacé de Marie-France Cubada à qui accepte de me le retranscrire en français pour vieux….

  6. HenZ permalink
    octobre 20, 2010 17:17

    Palme de l’article le plus relou de l’histoire de Boombox. J’crois que t’as plein de lecteurs qu’on laché l’affaire au milieu. En fait, ma solution c’etait de le lire a voix haute. Ca a bien marché. Mais si j’etais toi, je l’aurais gardé pour la fin de l’année, genre pour le dernier billet de 2010, en mode boss de fin de niveau. En mode « tu veux rigoler un bon coup une dernière fois en 2010 parce que tu sais que tu vas deja te faire chier au réveillon, voila! ».

    Enfin bon. Sinon il est vrai que j’ai apperçu un « vrai » la dedans et pas un « vré ». Mais c’est pas grave. Je pense. A mon humble avis.

    Bisou!

  7. 2goldfish permalink*
    octobre 20, 2010 18:06

    Boum Box C pa pur lé PD ! Ce ki ariV pa a Lir o bou, KC vou on na pa besou1 2 vou

  8. Babananarg permalink
    octobre 21, 2010 04:28

    Bonjour. Je souhaite témoigner sous couvert de l’anonymat mais c’est trop tard.
    D’abord pour évacuer ce qui fâchera: euh poésie, steuplè, mes couilles. L’intention est louable mais je ne partage pas l’analyse. C’est omme ça, ça rrive, c’éss la vi, y a pas de théori à plaker desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu desu, c’es juste comme ça. Pas que c’est trop mal, et surtout pas que c’est bien: c’est la, c’est différent, et surtout, comme tu l’as di à mon sans trèz justeman, au fond on s’en fout complet. écrir mal ce n’est pas une laternative à écrire bien, ça reste uen erreur car il y a des règles à la base, si l’intention c’était d’écrire comme on veut dans l’absolu de l’absolu pourkoi même s’inspirer d’une langue? comme on la dit plus haut et ailleurs il semble que cette forme sois souvent adoptee d facon voulue ou non pour des raisons de comodité64 et de vitesse(mé bon c & par é komoditay oci mdrrrrrrrrr) l’art est dans les yeux, oui mais alor l’art est dans n’importe quoi, du coup dans rien de spécial et cet exemple n’est plus notable, en fait. si tou le monde se pemettai d ecrir comme ça dailleurs je croi que tu trouverai ç vahemtn moin artistik du coup du cou peut etre alor te prendrait il l’envie d observer autre chose e plus en detail pou trouver une alternative a cette nouvelle institution, c louable mais pas ultime en soi(une fois de plus je refute le caractere poetique en lui même de la chose, pour toi c poetique mais en vrai non. ecrire correct n’est pas écrire bien c vrai, ecrire c est un message dans un contexte, ecrire (et cest la que c de lar pour moa XD), c’est une rencontre.

    Ce pourquoi – ssay le poing sur lekel oné dakor – je déteste ces putain de grammar nazis partouzeurs de droite, cest de la meeeeeeeeeeerde mélanger comme ça académisme et valeur humaine, c’est mieux de faire la part des choses. Je leur souhaite sincèrement à tous de réaliser leur erreur.
    le plus souvent
    Pour conclure, mon témougnaje donk: mon boulo mamene a lire bocou de ces gens trè largement agressé (jen suis témoin régulier plusieurs heures par semaine) pour QUEUE DALLE sur la place publique, par des cloportes complètement ineptes de surcroit. je joa dire que c est toujours un plaisir immense de les voir devenir eux memes ce qu ils meprisent et souillent par leur propre existence et activité delitiste à la kon lorsqu’il comettent des erreurs – c’est ultra fréquent LOl LOL LOL et meme ROFLCOPTER – et qu’en retour ils se font bacher total par les gens comme moi, les moyens, ceux qui s’en foutent et qui ne supportent que peu les leçons à deux balles des e-thugs du cyberweb de sa mere l’étron.

    l’ortographe n’est pas un idéal, ou du moins si, précisément. il convient à mon sens de le chérir, mais ce n’st jamais une excuse pour placer des regles abstraites devant la realite des yeux du coeur

    alors je dis les gens qui écrivent correct et les gens qui font des fautes que d’autres croient que c’est de la poésie mais eux souvent ils s’arretet pas du tout à cça, DONNEZ VOUS LA MAIN.

    Personne dans le monde ne marche du meme pas.

    Sans transition, un hommage a la litterature et a l’esprit humain dans ce qu’il a de plus mamlade, rappelons nous de toutes les bonnes choses de la vie qu il faut moncherir avant ke lexistence nou tu, u n commentaire découvert un soir tragique, de deuil, uste après la mort de gary coleman qui jouait arnold dans arnold et willy:

     » BONjour mé ami j ai pleurai pask kan jeté petite je regardé avec mamy et papy mamy ellé mé fesé un chocolat avec té tatines de confiture et papy il fesé des grimace alor jé rigolai mé papy ilé mort alor pour rigolai et pa etre triste je di ke papy il fé des grimace a gary o ciel « 

  9. Babananarg permalink
    octobre 21, 2010 04:29

    ah et puisque je passe je fais un bisou à fifi et henz (cest platonique)

  10. octobre 21, 2010 11:38

    nonobsten linévitabl confli 2 lélite se voulan gardiN 2 lortograf contre lé fumist zintélèctuL, il seré, selon moi nécésR 2 sinkiéT davantaj canto caractR GnérasionL de 7 fractur.

    personne ne peu nié ke dici qq ané lé savan viéllissan ne seron + kapable 2 sentendr, du – par écri, av la jeunS DGnéré, éleV a lécritur fonétik.

    leur langaj é leur code seron tro 10féren é toute comunicasion 2viendra 1possibl, av lé éfé ke lon peu crindre pour lemploi, le comerse et tou lé domène de la fonction public.

    100 conté ke C langaj de 2main ne son pa san rapelé le novlang chèr a orouel; le vocabulèr ecstrèment restr1 ne permétan plu dexprimé sufizamen diD.

    Il me revien dayeur a lespri kil y a qq moi, javé moi mèm commenC lentrepriz fol de luT contre lé Drive de la gramèr é de lortograf (http://www.gregocentrique.net/blog/la-police-de-lorthographe), mé je né jamé doné 2 suit.

    kordialman

  11. parpaing permalink
    octobre 21, 2010 12:56

    Ouais, mais quid de la ponctuation, baybay ?

  12. Anon permalink
    octobre 21, 2010 14:10

    Relevant:

  13. recher permalink
    août 20, 2012 16:20

    J’ai bien tout lu. Je n’aurais que 2 réactions principales : « Merci » et « Va mourir, iConnaud-claste ! »

    J’ai particulièrement aimé la réappropriation de la chanson de France « J’ai la » Gale.
    Malheureusement, toutes les rimes ne semblent pas être au rendez-vous. Une petite crise d’hypo-poésie, peut-être ? (Ca se soigne en mangeant des livres)

    Voici ma proposition d’amélioration :

    Y joué du pianno par tèrre,
    vou zen avé ptètt rien na blair’,
    mé poure moi sa nik sa mère.

  14. ze_poulpe permalink
    août 31, 2012 23:14

    Je découvre ce blog, j’apprécie. Je découvre ce post, j’adore. Pas totalement d’accord sur le fond (je suis quand même une vieille conne adoratrice des Grandes Règles de l’Ecriture Sacrée) mais ravie par le geste (pour ce que ça peut vous foutre) Ca fait mal aux yeux mais c’est comme pour Montaigne, on lit à voix haute et ça coule tout seul. Bien ouéj’

Trackbacks

  1. Internet n'aime pas le passé | Boum BoxBoum Box | Version 0.2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :