Skip to content

La gamification du monde

août 11, 2011

La bourse de Paris est en train de s’effondrer, les anglais émeutent grave et les américains ne sont plus crédibles. Et tout ça, c’est de la faute aux hommes politiques. Bon, on pourrait aussi dire que c’est de la faute des banques, ou des agences de notations, ou des grecs et des italiens qui sont fainéants et voleurs, ou des post-it wars qui ruinent la productivité des entreprises du CAC 40, et tout ces arguments sont certainement tout à fait recevables, mais on va déjà essayer de régler le cas des politiques.

La démocratie ne marche pas, c’est un fait. Une des raisons pour lesquelles elle ne marche pas, c’est que les politiques sont amenés à travailler sur des systèmes complexes, difficilement compréhensibles par eux et encore moins par les foules. Un autre problème, qui découle en partie du premier, c’est que les bonnes actions ne sont pas récompensées. Personne ne vote pour un type qui a baissé le déficit public, on vote pour celui qui a baissé nos impôts ou augmenté nos allocations, ou même fait les deux.

Une solution à ce problème, ce serait la gamification, un terme barbare qui veut en gros dire « distribuer des badges ».

badge martine aubry chien

La gamification, pour faire simple, c’est prendre des éléments superficiels du jeu pour les utiliser dans un produit qui serait autrement trop chiant pour le grand public.

Foursquare en est le meilleur exemple : il n’y a rien d’intéressant dans le fait de « checker » partout où vous allez, comme si ça pouvait intéresser quelqu’un, en dehors des cambrioleurs bien sûr, de savoir à quelle heure vous êtes rentré chez vous ce soir. Mais Foursquare distribue des badges à ceux qui accomplissent certaines actions, vous donne des points, fait un classement, et vous permet de devenir le « maire » d’un endroit si vous y retourner souvent. Bref, c’est le jeu vidéo le moins intéressant du monde, et pourtant, triomphe de la psychologie comportementale, ça marche.

Les gens intelligents qui sont persuadés qu’on peut faire des choses plus intéressantes avec les jeux que d’exploiter nos réflexes de souris de laboratoire, ils pensent que la gamification, c’est du bullshit. Ils n’ont pas tort, mais ça ne veut pas dire que ça ne marche pas.

cookie monster gif animated

Nous avons donc d’un côté la politique, qui est un truc plutôt chiant et incompréhensible, et de l’autre la gamification, un procédé qui sert à rendre les trucs chiants plus amusants.

Et ça peut aussi servir à les rendre compréhensibles : imaginez qu’aux prochaines élections, vous puissiez faire votre choix en comparant les badges obtenus par les candidats. Untel a remporté un badge « élève modèle » pour avoir été présent à toutes les sessions parlementaires, un autre en face a  trois badges « médiatique » pour avoir fait la une de grands quotidiens nationaux. Mais le premier a un badge « team player » parce qu’il n’ jamais voté contre les consignes de son parti alors que l’autre a le badge « franc tireur » pour avoir fait l’inverse.

Ils pourraient avoir un badge « homophobe » pour avoir voté contre le mariage gay, un badge « trouillard » pour avoir justement été absent ce jour là, un badge « panier percé« , un badge « xénophobe« , un badge « européen« , etc…

Le gros problème, c’est de savoir qui va décerner les badges, et surtout qui va les définir. Parce que « panier percé » et « justicier social« , ou « homophobe » et « défenseur des familles » ça peut refléter la même action, mais ça n’est pas du tout le même badge. Il y a une excellente BD de Zach Weiner sur les dangers de la gamification appliquée à grande échelle :

smbc gamification

Il faudrait donc une agence de notation indépendante pour attribuer les badges. Et le principe même des badges suppose une certaine vision de la politique publique, celle d’un Etat qu’on gère comme une entreprise, sans idéologie. Bien sûr, même si elle avance masquée derrière la « science économique », cette vision de l’Etat « post-idéologique » est elle même une idéologie.

Et puis les badges auraient des effets pervers : les hommes politiques travailleraient pour obtenir les badges les plus importants et pas pour ce qu’ils sont censés représenter. Ça peut faire une grosse différence.

La gamification de la démocratie n’est donc pas forcément une bonne solution. On aboutirait à un Etat contrôlé par des instances non démocratiques, suivant une idéologie économique libérale impossible à remettre en cause et gouverné par des hommes plus soucieux d’envoyer des signaux à leurs électeurs que de s’attaquer aux racines des problèmes. Imaginez un peu le cauchemar.

Advertisements
7 commentaires leave one →
  1. août 11, 2011 15:26

    J’adore la conclusion.

  2. 2goldfish permalink*
    août 11, 2011 15:50

    Je ne suis pas assez l’actu, je n’avais même pas entendu parler de la « règle d’or » de Sarkozy en commençant cet article. Cette idée d’imposer par une règle une barrière fictive, qui se veut purement « responsable » mais qui cache une idéologie néo-libérale, c’est marrant, ça aurait pu trouver une place dans mon article…

  3. août 11, 2011 16:09

  4. août 11, 2011 18:10

    Luv this comment page.

  5. laurent.epailly permalink
    août 20, 2011 17:58

    cela dit, faire de doctissimo un repère de malades n’a rien à voir avec en faire un repaire de malades…

    On peut tout dire sur internet, mais on peut commencer à le dire en français : on gagne en compréhension.

  6. laurent.epailly permalink
    août 20, 2011 18:00

    Pardon… Je me suis égaré dans ce nouveau blog pour moi.

    Je commentais le sujet de ce jour sur la vérité et le bull shit.

    • 2goldfish permalink*
      août 22, 2011 09:36

      Merci pour ton oeil de Lynx, c’était assez pitoyable comme faute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :