Skip to content

Pourquoi les geeks devraient tous être féministes

mars 19, 2013

Avertissement épilepsie : J’avais commencé à écrire cet article quand est paru le dossier de Mar_Lard « Sexisme chez les geeks, pourquoi notre communauté est malade et comment y remédier« . C’est un dossier ultra complet, impressionnant par son étendue, et depuis qu’il est paru j’ai l’impression que toute ma timeline ne parle que de ça. Du coup que je le veuille ou non, mon article à moi sera considéré comme une réponse à celui de Mar_Lard. Donc autant y aller vraiment, et l’écrire cet article comme une réponse, au risque d’être accusé de mansplaining. Ca va donc être assez critique, mais sur l’argument principal nous sommes d’accord : il y a un problème de sexisme dans les communautés geek.

Ah, et attention, si vous êtes épileptiques photosensible, cet article contient des gifs animés qui peuvent vous tuer.

gif-slow-loris-eating-popcorn-001

Depuis que j’ai arrêté de gagner ma vie en écrivant tout le mal que je pensais de certains musiciens populaires pour Fluctuat et que je recevais des menaces de mort assez régulièrement (il doit toujours y avoir des fans des Red Hot Chili Peppers qui veulent ma tête), j’ai rarement antagonisé autant de monde qu’en écrivant un article sur le sexisme chez les geeks. Il faut dire que j’ai aussi rarement été aussi agressif, parce que le sujet m’énerve particulièrement. Je suis moi même labellisé geek mais contrairement à beaucoup, semble-t-il, je pense que les geeks auraient tout à gagner à être féministes. Et moins homophobes. Rassurez-vous, je vais vous épargner l’article accusateur sur le mode « les geeks sont tous de gros homophobes« , j’en ai marre de me faire insulter. Au pire, je vais traiter les geeks de sales gosses de riche et tout ce que je risque, ce sont des témoignages en commentaire de types qui ont grandit sans l’argent pour se payer une NES.

Le fait de susciter une telle levée de bouclier quand on parle de sexisme chez les geeks n’est pas anodin. On se rappelle tous la première communauté geek qu’on a rejoint et ce sentiment d’avoir enfin trouvé des semblables après avoir grandit dans l’ostracisme. Toute communauté se définit autant par qui elle inclue que par qui elle exclue, et les communauté geeks excluent généralement sur la base de la connaissance de Star Wars/des jeux vidéo/des langages de programmation (rayez la mention inutile). Ça leur donne l’impression d’être une méritocratie. Mais ce sentiment de rejet ressenti par les geeks lorsqu’ils sont confrontés à la société « normale » est presque aussi essentiel. Il renforce le sentiment d’appartenance.

Liz Lemon gif xmen

Quand quelqu’un se plaint du sexisme chez les geeks, ça remet en cause ces deux mythes : celui de la pure méritocratie et celui du geek martyre. Apparemment pour certains geeks, l’idée que quelqu’un d’autre souffre viendrait réduire la gravité de leur propre souffrance.

C’est justement aussi le point faible dans le dossier de Mar_Lard : elle y nie carrément le harcèlement dont sont victime les geeks. Je ne vais pas dire que l’oppression anti-geek est quelque chose d’aussi lourd et grave que celle subie par les femmes, mais je sais une chose : jouer les oppressions les unes contre les autres, se lancer dans un concours de la plus grosse souffrance, c’est toujours contre productif. D’abord parce qu’on se fait des ennemis de ceux qui devraient être nos alliés, ensuite parce qu’à ce petit jeu là, personne ne peut battre les enfants nés dans un camp de prisonnier nord coréen. A côté d’eux, aucun d’entre nous n’a le droit de se plaindre de quoi que ce soit. Historiquement, les mouvements libertaires qui sont tombés dans le piège du concours du plus opprimés se sont toujours fait avoir. Il suffit de regarder comment certains mouvements d’extrême droite européens jouent le féminisme contre l’immigration pour se rendre compte que ce jeu ne profite jamais aux opprimés.

Alors OK, voire un geek jouer les martyres, c’est souvent énervant, surtout que ce ne sont pas forcément ceux qui ont le plus souffert qui se plaignent le plus. Mais quand un geek s’est fait frapper, cracher dessus et humilier pendant son adolescence, lui dire qu’il doit la fermer parce que la représentation de Lara Croft dans le dernier Tomb Raider est problématique… Je ne sais pas vraiment à quoi ça sert.

master bates

Mar_Lard appelle les geeks à découvrir un peu les sciences sociales pour comprendre un peu mieux le sexisme de la société dans laquelle ils vivent. En fait, cette ignorance est la seule source du sexisme geek qu’elle mentionne. C’est dommage de se revendiquer ainsi des sciences sociales, dans un dossier aussi complet par ailleurs, sans prendre le temps d’évoquer les racines sociologiques du phénomène qu’on étudie. Sans parler du fait que l’assertion que les geeks feraient des études techniques et/ou scientifiques et ignoreraient tout des sciences sociales résisterait probablement à l’examen si on ne considérait comme geek que les ingénieurs en informatique, mais rien n’indique que ce soit le cas pour les gamers ou les lecteur de comics.

En fait, c’est là que ne pas ignorer le harcèlement dont les geeks sont les victimes s’avère utile, parce que comme je le disais au début, il est fondateur pour la communauté. Le geek croit généralement qu’il est harcelé parce qu’il est intelligent et parce que les autres n’aiment pas les donjons, les dragons, les super héros et les jeux vidéo… Argument qui ne tient pas vraiment la route au minimum depuis les succès publics de Star Wars et Tetris.

En fait, geeks, si on vous tape dessus c’est pour deux raisons : le sexe et l’argent.

- fuck bitches get money

Lire, jouer à des jeux compliqués, être meilleur que la moyenne à l’école, désolé de vous l’apprendre si vous vous preniez pour des génies, mais c’est souvent davantage un signe de votre appartenance à une classe sociale privilégiée plutôt que d’une intelligence supérieure. Ajoutez à ça un dédain pour le sport, la violence ou les activités manuelles, et non seulement vous êtes marqués dans la cour de récré comme un sale gosse de riche, mais aussi comme une « fille, une « tapette » ou un « pédé ». Préparez-vous à recevoir des coups.

Bien souvent à la maison et systématiquement dans le monde terrifiant de l’Education Nationale, on apprend tous entre nous à bien respecter la loi des genres. Les filles jouent avec les filles à des jeux de fille qui impliquent des poupées ou des dînettes  Les garçons à des jeux de garçons qui impliquent des cris et des bleus. Le jeu de rôle ou la lecture ne rentrent pas tout à fait dans ces cases et sont donc suspects. La réponse de nombreux geeks, c’est de développer leur propre échelle de valeur où on ne prouve pas sa virilité à travers des jeux physiques, mais en en sachant plus long sur les Terres du Milieu que son voisin ou en étant capable d’enchaîner les headshots une souris à la main.

Et au passage, histoire d’être sûr que vraiment, on ne les prend pas pour des filles ou des homosexuels, certains vont adopter une attitude particulièrement misogyne et homophobe. Dès qu’ils verront une fille se connecter sur WoW ils la harcèleront. Il se traiteront de fags entre eux comme d’autres finissent toutes leurs phrases par « No Homo« . Parce que depuis tout petit on leur apprend à qu’il faut éviter de passer pour efféminé à tout prix, et qu’il faut bien dissiper toute potentielle tensions homosexuelles dans les rassemblements entre hommes. A travers la pression sociale, l’humiliation, les coups. C’est con, c’est la même chose qui se passe dans les vestiaires de beaucoup de clubs de sports, mais c’est comme ça.

facepalm65dd43

Expliquer cette attitude ne la justifie pas, mais ça aide à mieux la combattre. Stigmatiser le geek sexiste, c’est nourrir son complexe du martyre. Ce que j’aimerais, c’est plutôt lui expliquer que le combat féministe est tout à son avantage. Libérer les femmes des carcans du genre, ça ne peut pas se faire sans libérer les hommes eux aussi. Reconnaître aux femme un statut d’égales de l’homme, reconnaître aux valeurs genrées « féminines » un mérite égal aux valeurs genrées « masculines » et reconnaître à chacun le droit d’exister où il veut entre ces pôles obsolètes… les geeks, hommes ou femmes, ont tout à y gagner.

On ne nous tapera plus dessus parce qu’on est des tapettes ou des pédés, et on n’aura plus besoin de prouver qu’on est virils en harcelant les gameuses et en chassant le fantôme de la fake geek girl. On ne nous tapera plus dessus que parce qu’on est des sales gosses de riches. C’est déjà un peu mieux, non ?

Publicités
43 commentaires leave one →
  1. mars 19, 2013 12:45

    OP READS MY MIND

  2. mars 19, 2013 13:18

    Je crois que tout comme Marlard vous faites une erreur de forme. Il n’y a pas de communauté geek à mon sens. J’ai écrit un article sur la question, parce que je crois que c’est une grave erreur sociologique. http://www.pixelsmanager.org/existe-t-il-une-communaute-geek/
    Ensuite je reste perplexe sur l’exemple de la cours de récréation. J’ai eu le bonheur/malheur d’être surveillant pendant quelques années dans divers collèges, et aussi étrange que cela paraît, le jeu vidéo avait plutôt tendance à rapprocher des gens que tout éloignait. « Ah toi-aussi tu joues à Truc? Et t’as réussi le passage là, blablabla… » Je dis pas qu’ils deviendront amis, je dis que ça ouvre le dialogue.
    Je pense que vous avez une vision très américaine du « problème » geek comme on peut le voir des les séries (le rejet de l’intello qui aime les jeux de rôle, qu’on essaie de le transposer en France, mais le rejet dont sont victimes certains élèves ne dépend pas de leur geekattitude, mais bien de ne pas être intégré dans une norme, celle de la cours de récréation.
    Pour le reste, je suis évidemment d’accord, même si la formule me dérange: « les geeks devraient tous être féministes ». J’avais lu un article d’une féministe qui définissait le féminisme comme un combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes. C’est ce à quoi je suis attaché, à l’égalité totale entre les hommes et les femmes, et plus généralement entre les gens. Je pense qu’il convient d’être humaniste (au sein contemporain du terme), et de mettre les gens face à leurs contradictions, mais ça aussi ça ne marche pas forcément, hélas.

    • 2goldfish permalink*
      mars 19, 2013 13:56

      Avant d’aller lire ton article, je tiens à dire que j’ai fait bien attention de parler des communautés geeks au pluriel.

      Ensuite, concernant ma « vision américaine », je ne pense pas que ce soit tant le cas. Je parle de mon expérience personnelle et de celle de pas mal de gens autour de moi, mais j’aurais peut-être du moins insister sur la cour de récré et parler plus des pressions familiales et sociales. C’est peut-être moins le cas en 2013 qu’à la lointaine époque de mon enfance, mais les parents, les profs et les médias me disaient tous que les jeux vidéo allaient me rendre idiot et épileptique, le jeu de rôle sataniste, la science fiction me déconnecter des réalités, etc…

      • mars 19, 2013 14:13

        Sur la pression familiale (et l’environnement adulte en général), je suis tout à fait d’accord. J’essuie moi-même des réflexions que je combats (je suis né en 82, j’ai vécu l’explosion geek en france de plein fouet), mais avec un bon discours bien construit, on peut déconstruire les discours stupides de ceux qui ne connaissent rien à notre passion. Cela dit, ce problème du rejet par rapport à nos passions n’est pas nouveau. Une loi sur les BD a été mise en place dans les années 50 pour que les BD respectent la bien-séance avec des histoires sans violence, ni sexe, etc. Par ailleurs cette loi existe toujours mais n’est plus appliquée. Et on peut parler de bien d’autres choses, le jazz, le rock, etc. Ce rejet par les « anciens » des cultures « jeunes » est hélas un phénomène que l’on retrouve partout, à toutes les époques. Il n’appartient pas qu’aux seuls geeks (le nombrilisme geek est quelque chose qui m’effraie par ailleurs, nous qui sommes des personnes a priori ouvertes, notre culture ne se limite pas qu’aux jeux vidéo, elle est plus large que ça et montre une grande ouverture d’esprit). D’ailleurs, au sein même des geeks on voit que les geeks historiques rejettent les néo-geeks. C’est un cercle-vicieux déplorable.

    • Oomu permalink
      mai 29, 2013 11:31

      Ce que décrit l’auteur dans son article est la Réalité des écoles primaires et collèges des années 80. C’est du vécu.

      Ce n’était pas une agression des vieux contre la culture des jeunes, mais des enfants sur les enfants.

      effectivement, PAR LA suite, c’est devenu un cliché des séries américaines où la « popularité » est quelque chose de très institutionnalisé. Mais encore une fois j’insiste, dans les années 80, c’était du pur vécu. Le jeux vidéo rassemblait des gamins qui prenaient des risques à ne pas faire du foot.

      De nos jours, via divers anecdotes familiales, collègues, articles, je pense toujours qu’une bonne part de la population se venge sur les enfants qui lisent des romans à l’école, et qui ont le culot d’aimer lire en plus.

  3. Von Cheese permalink
    mars 19, 2013 13:36

    Pas mal comme article, qui aura eu le mérite de moins m’agacer que la plupart des réactions à ce dossier mais (bahhhh oui y’a un ‘mais’ hein ^^), expliquer l’univers geek en parlant de la souffrance et du harcèlement que les geeks ont vécu est à double tranchant.

    C’était dur d’être un geek à l’école ? Mais être une geekette alors ? A te faire traiter de pute quand tu dessines des bishos, de sale gouine quand tu dessines des filles ? A te faire traiter de grosse et moche -ce qui est un crime bien plus ‘puni’ chez les adolescentes que les adolescents-, d’intello mal baisée et j’en passe. Etre une geekette à l’école c’est aussi très dur, c’est pour ça qu’en ayant passé cette étape, en essayant de rejoindre une « communauté » avec laquelle on a des intérêts communs, ça nous saoûle très vite de ne pas y être acceptées non plus. Nous, on doit faire nos preuves, on n’a pas le droit d’être mauvaises à un jeu vidéo, ou toute autre discipline. Si on se plante c’est parce qu’on est une fille, pas parce qu’on débute. Et du coup la double peine ben à la fin, ça nous gonfle grave.

    • 2goldfish permalink*
      mars 19, 2013 13:48

      Nous sommes tout à fait d’accord. Comme je le dis dans l’article, expliquer le sexisme de certainss geeks (mâles, aurais-je peut-être du plus souvent préciser), ça n’est pas l’excuser.

    • Grünt permalink
      mars 19, 2013 15:25

      Gros +1.
      Et j’ajouterais qu’en plus, les geeks de sexe masculin bénéficient de certains privilèges que n’ont pas les geeks de sexe féminin.
      Les parents plus enclins à offrir des jeux ou des livres scientifiques, les prof’ qui orientent vers des filières techniques, c’est trop souvent un privilège de geek masculin.

      Il y a un sexisme interne à la communauté geek, que tu dénonces, et il y a un impact du sexisme ambiant sur la facilité à vivre comme geek dans cette société. Quand bien même on (les geeks) prend de la distance avec cette société, on subit l’impact, y compris sexiste, de celle-ci.

  4. mars 19, 2013 14:59

    Je rejoins complètement Von cheese (déjà juste pour le pseudo :3)

    Cet article reste une des meilleures réactions argumentées que j’ai lues. Effectivement, j’ai trouvé aussi qu’il manquait un bout sur les racines plus générales du sexisme.
    Par contre

    – Il ne pas semblé que Mar_lard fasse une assertions sur le fait « que les geeks feraient des études techniques et/ou scientifiques et ignoreraient tout des sciences sociales », c’était juste un des paramètre d’une des source d’UNE des forme de sexismes qu’on retrouve dans le milieu.

    – Mar_lard n’est pas allée faire taire des geeks qui s’exprimaient sur leur harcelement, mais
    elle prévoit cet argument utilisé comme une manière de la faire taire :)

    Et pour rejoindre tout à fait Von cheese… C’est dur d’être un gamin geek, et c’est dur d’être une gamine geek. Et puis tu trouves une communauté, et là.. Tu réalises que si tu y es à l’abri des « roh elle est bizarre cette fille, elle lit tt le temps », tu n’y es pas à l’abri des « tu suces salope?? »
    Et c’est affreux. C’est affreux parce que nous, nous n’avons pas le droit au même bastion, à la citadelle de protection où nous sommes à l’abris des moqueries et des jugements. C’est ça que j’aimerai que réalise les mecs en fait.

  5. Grünt permalink
    mars 19, 2013 15:20

    « Lire, jouer à des jeux compliqués, être meilleur que la moyenne à l’école, désolé de vous l’apprendre si vous vous preniez pour des génies, mais c’est souvent davantage un signe de votre appartenance à une classe sociale privilégiée plutôt que d’une intelligence supérieure. »

    Pas franchement d’accord. En tout cas ça ne colle pas avec ce que j’ai vécu (mais je suis peut-être un cas particulier).
    Je suis né dans un milieu pauvre (moins d’un SMIC pour une famille de 4 personnes), et aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours eu la curiosité geek, l’envie d’apprendre des choses scientifiques, la lecture pour le plaisir de livres de maths, etc.
    Et en arrivant au collège, en 6ième, je me suis retrouvé dans un milieu très disparate : c’était le seul collège du canton, et un collège catho. Il y avait des gosses de riches, des gosses de paysans, des gosses de pauvres envoyés en internat parce que « collège catho où on t’apprendra les bonnes manières », et ça formait déjà des groupes : les paysans ensemble, les filles ensemble, les riches ensemble..
    Et pourtant ces groupes étaient d’accord sur pas mal de consensus que :
    – les garçons doivent avoir les cheveux courts,
    – on ne s’habille pas avec des vêtements rouges, orange et jaunes,
    – on ne se précipite pas pour être à l’heure en cours de maths,
    – quand on est un garçon on fait des blagues graveleuses au sujet des filles,
    – on doit faire partie d’un groupe, s’y intégrer, quitte à renoncer à certaines particularités personnelles,
    – on ne passe pas la récré à discuter avec un prof’ d’un des points abordés en cours.

    Et comme tu peux t’y attendre, j’ai brisé l’ensemble de ces règles tacites et fait la quasi-unanimité contre moi, à l’exception de deux élèves (le 2 et le 3ième de la classe), qui aimaient discuter avec moi mais évitaient de trop me soutenir face à tout le monde.
    À mon avis c’est le genre de choses qui font que les geeks ont du mal à saisir la notion d’oppression entre groupes sociaux : quand on se fait rejeter par les riches et les pauvres, frapper par les filles et les garçons, entendre parler d’ « oppression des femmes par les hommes » ou d’ « oppression des pauvres par les riches » ça donne le sentiment qu’il s’agit d’une réalité extérieure, qui se déroule dans une société dont on est (auto-)exclut.

    Du coup j’ai du mal avec ce lien que tu fais entre « classe sociale » et « être un geek ». Être un geek permet probablement d’accéder aux classes sociales moyennes et supérieures une fois adulte, pour peu qu’on soit passionné d’un domaine qui assure un statut social intéressant (sciences dites « dures », informatique..), mais au moment de l’enfance et de l’adolescence ce n’est pas forcément le cas. Et c’est là que se construisent les schémas mentaux qu’on conserve généralement à l’âge adulte.

    D’ailleurs, j’ai vu ce phénomène y compris en classe préparatoire : il y avait beaucoup de gosses de riches (filles et fils d’ingénieurs, de docteurs..) qui n’étaient pas vraiment passionnés par la science, qui avaient une culture scientifique quasi-nulle en dehors du programme scolaire.. je me souviens avoir été agacé par le fait qu’ils exhibaient tous une calculatrice hors de prix (la TI v200, le haut de gamme) alors qu’avec ma TI-83 héritée du lycée je savais faire plus de choses qu’eux, parce que je lisais le manuel. J’en venais à leur expliquer comment utiliser leur trophée de statut social pour en faire quelque chose d’utile.

    • 2goldfish permalink*
      mars 19, 2013 15:51

      Je ne crois pas que je sois capable de me lancer dans une défense des concepts de classes sociales, de capital culturel et tous ces trucs, d’ailleurs je ne les ai évoqué que brièvement, parce que ce n’est pas vraiment le sujet.
      Mais merci pour ton témoignage :)

    • Netheranthem permalink
      mars 19, 2013 17:17

      Je ferais bien un copier-coller de ton texte, mais je me contenterai d’un +1. Bien que j’ai eu la chance d’être un enfant de classe moyenne, c’est pas vraiment que j’aie été gâté, si j’avais eu des parents pauvres, j’aurais eu autant de choses que j’aime dans les mains, comme mes parents étaient très averses a la technologie jusqu’a ce que je sois vraiment plus vieux. Et puis je vais blablater a propos de l’article pour le reste qui me passe a l’esprit :)

  6. mars 19, 2013 15:50

    Sweet baby jesus in a skirt, vous me pardonnerez les fautes, c’est l’émotion.

  7. Hello permalink
    mars 19, 2013 17:26

    J’adore votre site d’habitude, vraiment. Mais tu te plantes à mon sens. Cette idée que les « geek » dont parle l’article sont tous ostracisés me semble un grossier raccourci. Ce n’est pas parce qu’on joue aux jeux vidéos qu’on est forcément bon à l’école et pas sportif. J’ai connu/ connais des ados qui jouent aux jeux vidéos, en ont pleins, et sont par ailleurs athlétiques, beau, populaires. Des quaterback, quoi. Et qui jouent aux JV en ligne.
    (Et des gosses de pauvres qui sont mauvais en classe, bah, ils peuvent parfois avoir aussi accès aux JV, et on se doute qu’ils on encore moins les moyens de lutter contre le sexisme ambiant)

    Ton article donne une sensation de maladresse. Comme si tu disais « ok, le constat du sexisme est accablant, mais ils ont pas d’amis à l’école, tous ces gens, donc, excuses-les, ils ont besoin d’un exutoire à leur frustration, et cet exutoire, ben c’est les filles »

    On a l’impression que contrairement à ce que tu dis, tu fais une compèt’ des « souffrances » et place celle des ados/ jeunes adultes mâles au même niveau que celles de leurs comparses féminines. Mais si on réflechit, les filles ne sont pas moins mal dans leurs peau que les mecs, et plusieurs statistiques tendent à démontrer qu’au contraire l’adolescence constitue une épreuve plus ardue pour les filles (perte d’estime de soi plus importante en moyenne que chez les mecs.) Etre pas sportive, pas belle, pas sociable, être trop bonne en classe, dire des mots compliqués, être trop sensible… ça pénalise les filles aussi. Et en plus elles se tapent le sexisme.

    Il serait plus pertinent de rappeler que ce sexisme n’est pas spécifique à la culture nerd et est hérité de la société en général.

    Cela dit, article plus sympathique que toutes les autres réactions que j’ai pu lire à l’article de Mar_Lard, et comme je l’ai déjà dis, j’aime beaucoup boumbox, donc keep it up !

    • 2goldfish permalink*
      mars 19, 2013 17:31

      Je ne sais pas quoi répondre. Soit tu m’as mal lu, soit j’ai très mal écrit, mais en tout cas la communication à foiré à un moment…

      • Hello permalink
        mars 19, 2013 18:25

        Bon, j’ai mal lu

  8. Netheranthem permalink
    mars 19, 2013 17:49

    Perso, j’ai du mal à entendre des choses comme « Ouais, mais toi t’es juste un oppresseur subconsient des femmes / gays / etc. » pour cause que je sois juste assez large dans ce que je trouve acceptable en terme de media / blagues / etc… Alors, Lara Croft, si tu l’aime pas, t’as qu’a pas l’acheter. Et des blagues, j’en subis. Des stéréotypes aussi, mais ça, faut vivre avec, et pas juste faire comme si le monde marche contre toi. Les stéréotypes, tout le monde en a positifs ou negatifs, et il faut effectivement faire valoir tes différences. Mais pour une certaine raison c’est pas acceptable pour certaines minorités d’en avoir, Lara Croft suscite un tollé alors que Homer Simpson, ca ne choque plus personne.

    Donc bon, combattre l’inégalité par une autre forme d’inégalité c’est assez moche, mais ça arrive facilement, dans l’intention « de bien vouloir faire ». J’aime bien ton article comme, même s’il ne propose assez peu de points au fond, il se montre pragmatique et déconstruit certains mythes qui durent, et permet de partir sur des bases saines.

    Aussi, c’est dur de vraiment savoir qui a les pires difficultés entre deux groupes sociaux, a moins que cette différence soit absurdement grande. Donc, le seul truc que tu puisse vraiment faire c’est de régler les problèmes au fur et a mesure, sans vraiment prendre de camp. Je n’irais même pas au point de dire que les femmes en général ont une pire situation que les geeks par simple précaution, comme c’est pas vraiment comparable. De toute façon, les problèmes sont différents et y’a pas à avoir de concurrence.

    Par contre, tu peux être sur que les mêmes adultes qui parlent de problèmes sociaux et tout, ben, ils se foutent un peu de faire de vrais efforts quand toi tu te fais taper a l’école, parce que bon, les paroles oui, c’est bien, mais faudrait pas commencer a faire des efforts pour aider quelqu’un et le prendre au sérieux et envoyer un enfant turbulent chez le psy. Le pauvre enfant serait traumatisé par une visite médicale, et puis faudrait pas forcer les parents non plus, leur enfant est probablement normal.

    Aussi bien sur, l’égalité c’est le top, tellement que ces gens ont aucun problème a être des pestes, tant que tout le monde s’en prend dans les dents. Au fond, c’est sur, il y aura des gens qui feront des choses énormes, mais dans la problématique sociale, on oublie d’être gentils auprès de notre entourage. J’ai l’impression qu’on sous-estime les actes de tous les jours.

    Dans la vie de tous les jours, j’essaie de voir les gens comme individus et de prendre le temps de pas m’arrêter sur des idées préconçues, et c’est utile même en dehors des stéréotypes quand tu as eu une mauvaise experience avec quelqu’un. Aller envoyer chier les gens après seulement une premiere rencontre ou un maigre pépin, certaines personnes trouvent ça normal, et trouvent que l’autre aurait du mieux les respecter, ou mieux se comporter, eh bien moi pas.

    Si tu te mets dans la tête que les femmes sont tout le temps oppressées et que tu dois absolument faire quelque chose, tu vas envoyer les personnes qui auront l’air un brin misogyne balader parce que c’est des gros cochons bien stupides qui plombent tout progrès que les femmes feront à jamais, et du coup, comme tu ne les connais pas si bien au final, ils resteront dans cette case très négative pour toujours. On parle en Anglais de « Confirmation bias »

    Bien sûr tu vas perdre de ton temps, mais tu vas gagner en variété et tolérance. Et en tant que Geek, moi, j’envoie pas chier les gens qui me demande de l’aide avec leurs PC. On a l’impression de se faire oppresser sur ce niveau là, et c’est sur que certaines personnes vont vraiment « profiter », mais c’est pas le cas de la majorité. Pourquoi ils te demandent ton aide? C’est pas pour t’exploiter ou te rabaisser, mais en général, ils ont besoin d’aide.

    J’aide pas mal de personnes de mon entourage proche ou lointain avec des pépins informatiques qu’ils n’arrivent pas a décoincer, et ça implique un accord de confiance que les personnes que j’aide auront essayé ce qu’ils peuvent en premier, et s’ils ne savent pas, je les éduque pour la prochaine fois (En général, ils sont contents de savoir), et que si ne rien ne marche, je ferai de mon mieux pour résoudre le problème, et parfois, malheureusement, retournant a la case garantie, ou alors, je ne sais pas du tout, et il faut consulter quelqu’un d’autre. Dans le passé, quand j’étais étudiant, cela me fesait un peu d’argent de poche, mais maintenant je ne demande plus rien (Même si certains insistent et finissent par me donner quelque chose tellement ils étaient désespérés). En général ca finit par être un échange de services, et cela donne de bons contacts pour tout et n’importe quoi, et je suis maintenant en général plus proche des gens que j’ai aidé avec des pépins.

    Donc, au départ, les gens t’utilisent dans une relation purement transactionelle (argent service), et au final après un certain temps ils te respectent. Mais, si tu les envoie balader, tu ne fais que créer une image négative, si tu apprends a les connaitre, ils te respecteront pour ce que tu es, et ils pourront s’intéresser a ce que tu fais. Et j’ai l’impression que c’est ce que beaucoup de gens qui ont eu des temps durs ou se sentent discriminés ont tendance a faire, pour se « venger » ou alors essayer de se
    protèger d’un ennemi qu’ils renforcent eux-mêmes.

    • Grünt permalink
      mars 19, 2013 18:21

      « Et en tant que Geek, moi, j’envoie pas chier les gens qui me demande de l’aide avec leurs PC. On a l’impression de se faire oppresser sur ce niveau là, et c’est sur que certaines personnes vont vraiment « profiter », mais c’est pas le cas de la majorité »

      Je rêve, ou tu expliques que c’est une oppression de se voir demander de l’aide ?
      C’est exactement l’inverse. Pour ma génération de geeks en tout cas (né dans les années 80). On a passé notre enfance à être des « loosers » parce qu’on s’intéressait à un truc pas à la mode (l’ordinateur et ce qui tourne autour).
      Maintenant que la société s’est totalement informatisée le rapport de force s’est inversé, et ça s’est passé très rapidement. En quelques années j’ai vu l’évolution, entre « On ne le fréquente pas, il passe du temps sur l’ordi », et « Donne moi ton numéro, j’ai besoin d’aide avec mon ordi. »

      Quand les gens te demandent de l’aide c’est un pouvoir que t’as sur eux, et un pouvoir immense.
      D’ailleurs il y a un lien entre ce pouvoir et le sexisme, il me semble que l’article de Mar_Lard l’évoque : le cyber-harcèlement, le fait de retrouver les coordonnées des gens (souvent des femmes et des adolescentes) et les pourrir parce qu’elles ont posté une photo (en laissant les coordonnées GPS dans les données EXIF, ou bien avec la même photo retrouvable via google images et liée à un contexte identifiant..). Ou encore,le phénomène du « revenge porn ».
      D’ailleurs Mar_Lard mentionne des gus de jv.com (le pendant français de 4chan) qui sont allé dénicher des photos perso d’elle pour s’en moquer.

      C’est une attitude de « black hat » (utiliser ses compétences à de mauvaises fins) mais qui n’est pas perçue comme telle. Un type qui va faire du piratage pour s’introduire dans un serveur et le démolir se fera critiquer pour une telle action. S’il fait la même chose pour voler des photos sexy privées et les exposer à des fins de « slut-shaming », la communauté va trouver ça simplement « lulz ».
      Traîne un peu sur 4chan ou autres endroits obscurs d’Internet, c’est bien bien bien glauque. Et il n’y a pas besoin d’être un pro de la technique, s’y connaître un peu plus que sa victime est suffisant.

      Pour en revenir à ce que tu disais : non, quand quelqu’un te demande une aide que tu peux refuser, tu n’es pas oppressé.
      Si ça s’inscrit dans le schéma « je dois le faire, sinon je n’aurai pas d’amis » ou « je vais aider cette fille pour qu’elle couche avec moi », soit c’est faux (donc le problème vient de toi), soit c’est vrai et tes fréquentations craignent un max. :D

      Le seul rapport d’oppression à ce niveau, c’est celui (encore très peu évoqué et analysé, me semble) entre parents/profs/encadrants (bref, détenteurs d’autorité) et mineur-e-s. Y’a quelques exemples évocateurs sur pebkac, ça va parfois jusqu’à des élèves sanctionnés parce qu’à l’école ils ont utilisé une compétence que les adultes ne comprennent pas et qui leur fait peur. On est encore dans un schéma de pensée où les adultes ont forcément raison et où les règles qu’ils imposent aux jeunes ne peuvent être questionnées, quand bien même il est possible de démontrer leur ineptie technique.

      Mais sorti de là, être seul à pouvoir dépanner une machine c’est un pouvoir, pas une faiblesse. Ploum l’a bien compris :
      http://ploum.net/post/36-je-ne-suis-pas-un-numero-de-hotline-je-suis-un-geek-libre

      • Netheranthem permalink
        mars 19, 2013 18:34

        C’est en fait pas vraiment ce que je voulais dire. Y’a des geeks qui se plaignent que les gens en général ne s’intéressent qu’a eux quand leur machine plante. Bon, je l’ai pas mentionné car je pensais que c’était bien connu, mais je le dis maintenant. Ils ont l’impression de ne pas être valorisés alors qu’ils « négativisent » leurs atouts.

      • Grünt permalink
        mars 19, 2013 18:40

        Oui, c’est un problème de sous-estime de soi.
        Ceci dit, on peut renvoyer la balle aux geeks dans cette situation : rien ne les empêche d’envoyer chier les autres. Ils n’y perdent rien et gagnent la possibilité d’échapper aux corvées de dépannage.
        Einstein disait que la folie c’était se comporter de la même manière et attendre un résultat différent, ça s’applique assez bien aux geeks auxquels les gens ne s’intéressent pas, qui font du dépannage gratuit, et s’imaginent que tout à coup les gens vont changer d’attitude.

        D’ailleurs on peut retrouver la même bizarrerie dans le concept de « friendzone » : les mecs gentils avec une fille en espérant qu’elle voudra sortir avec eux. Y’a un moment où faut se rendre compte que ça marche pas.

  9. Allo permalink
    mars 19, 2013 20:11

    Une chose est sûre les geeks aiment parler d’eux…

  10.        permalink
    mars 20, 2013 14:17

    J’ai une seule question : comment avez-vous fait pour aller au bout de l’article de Mar_lard ?

    Elle fait une longue liste d’atteintes portées sur le genre, et à chaque fois, j’ai envie de lui donner des exemples d’atteintes tout aussi condamnables portées sur autre chose : une femme devrait apprécier de ne pas entendre que sa mère s’est fait sauter par toute la classe de 6ème d’un petit con de campeur sur le online de CoD…

    Ensuite, le sexisme de la « communauté geek » (sic) n’est certainement pas pire que celui de la communauté du tunning, du rap, de la mode, d’à peu près n’importe quel sport ou des militaires.

    Le sexisme constaté est d’avantage celui de la société que celui d’une communauté.

    Pour le reste, si vous trouvez que les poupées Barbie sont sexistes…

    Si vous trouvez que « sauver des princesses, c’est sexiste »…

    • 2goldfish permalink*
      mars 20, 2013 14:35

      Pour faire court (désolé, j’ai trouvé le temps pour écrire cet article mais je n’ai pas vraiment celui d’assure le service après lecture) :
      – Le sexisme est un problème de société, le fait que ta mère soit une salope ne regarde que toi.
      – A partir du moment où on part du postulat qu’il y a une communauté geek ou des communautés geeks (beaucoup en discutent, je ne vais pas refaire le débat), ce n’es pas inintéressan de parler de son sexisme spécifique, ce qui n’enlève rien au sexisme des fans de tuning etc…

      •        permalink
        mars 20, 2013 14:59

        C’est pas inintéressant (visiblement ça fait du click), mais ça stigmatise toute une communauté pour quelques cons (qui souvent se font passer pour des geeks, alors qu’ils ne jouent qu’à Fifa) ce qui est au final contre-productif.

        stigmatisation globale > sexisme

      • Hello permalink
        mars 20, 2013 17:31

        Non, Anonyme, ce que tu appel la « stigmatisation globale » n’est pas plus grave que le sexisme

        Tout simplement parce que faire un état des lieux, ce n’est pas stigmatiser. On fait des constats du sexisme à l’embauche, et ça ne veut pas dire qu’on stigmatise tous les recruteurs, ou dans la pub, et ça ne veut pas dire qu’on stigmatise les publicitaires .

        Pourquoi devrait-on accorder un traitement de faveurs et passer sous silence le sexisme geek.

      •        permalink
        mars 21, 2013 10:41

        Son constat a tendance à faire croire que c’est vraiment général et profond comme mal, alors que c’est selon moi c’est pas pire qu’ailleurs.

        On ne change pas la société en voulant changer chaque communauté qui la constitue, on la change par l’éducation, le reste suit.

        Et j’ai poussé un peu plus loin la lecture, elle incite même à un lobbying très actif pour influencer les différentes communautés…
        Donc là, je suis clairement en désaccord. On n’arrive déjà pas à faire en sorte que les éditeurs de jeux nous respectent et ne forcent pas la connexion online permanente, ni à ce qu’ils ne sacrifient pas le multi local, ou fassent des pré-commandes à la con avec contenu exclusif, alors si les demandes des joueuses ne sont pas celles-ci mais se portent sur du politiquement correct et le « respect de la Femme », je suis pas prêt de racheter un jeu vidéo.

        Avec ce genre de réactions, on va tout droit vers un gta sans pute. Et là je dis « non ».

      • Grunt permalink
        mars 22, 2013 14:09

        « ça stigmatise toute une communauté pour quelques cons »

        Plus que ça, tant que la majorité silencieuse ne dit rien et laisse faire.

      •        permalink
        mars 22, 2013 14:58

        Oui, laisser faire les drm, les dlc, les pré-commandes et toutes ces conneries online, c’est honteux.

        Pour le reste, c’est pas comme si on envahissait des territoires.

      • 2goldfish permalink*
        mars 22, 2013 15:24

        Si pas mal des attitudes sexistes « geeks » sont ni plus ni moins que le reflet du sexisme de la société, je pense quand même qu’il y a un sexisme particulier aux jeux vidéo et aux comics de super héros, notamment, et que ces domaines particuliers méritent toute la stigmatisation du monde. Si on les compare au cinéma ou à la télévision, l’image de la femme dans ces média est quand même particulièrement rétrograde.
        OK, dan le cinéma d’action il y a à peu près aussi peu d’héroïne féminine que dans les jeux d’action, mais globalement l’image de la femme est meilleure à Hollywood, qui n’est pourtant pas un super exemple d’industrie féministe.

    •        permalink
      mars 22, 2013 16:29

      Hollywood c’est le terrorisme de la pensée, on ne va pas ériger ça comme modèle à appliquer partout. On a à peu près évité la censure puritaine américaine en se contentant du système PEGI (/ESRB etc.), on va pas s’imposer nous même cette censure à la con.

      Si t’aimes pas, t’achète pas (mais tu garde ton lobbying hors de mon radar, moi j’achète plus pour les raisons précitées, mais j’accuse personne) ; si t’avais acheté un Atari 2600 t’aurais peut être eu droit à d’autres jeux que Léa passion dînette quand t’as acheté une NDS. Si t’avais fais des études pour devenir game designer, tu pourrais avoir ton mot à dire sur la taille des seins des personnages.

      Infiltrez le système pour le changer plutôt que de brandir des pancartes insultantes.

      J’ai pas tout lu ça, mais ça me semble bien plus sensé que le propos de base.
      http://zalifalcam.wordpress.com/2013/03/18/tlpl-mar_lard-tu-devrais-peut-etre-juste-changer-damis-non/

      • Statler permalink
        mars 25, 2013 13:25

        « Infiltrez le système pour le changer plutôt que de brandir des pancartes insultantes. »
        Quelle principe de merde. Donc il faut faire ses propres jeux, ses propres comics, ses propres livres, et surtout ne pas remettre en cause le voisin. J’imagine le même principe appliquée à la politique :
        « Tu es contre la politique menée ? Et bien fais-toi élire ! Si t’aime pas tu votes pas et puis voilà. »

      •        permalink
        mars 25, 2013 14:23

        C’est la principe de base de la politique.
        Ensuite on t’a fait croire que c’était le domaine réservé d’une élite.

        Si le % de meufs dans l’industrie du jeu, des comics, des livres etc. était significatif, la majorité des meufs n’auraient pas besoin de s’impliquer dans le truc pour être satisfaites. Mais il faut commencer par être représentée avant de demander à être entendue (ne serait-ce que pour avoir une petite légitimité à ouvrir sa gueule).

      • Benchaoui permalink
        octobre 6, 2013 06:38

        Mon dieu, par pitié… va passer une licence, juste pour ta culture…

  11. mars 31, 2013 16:24

    Du coup j’ai pas bien compris si l’article était pour ou contre le mariage pour les geeks ?

  12. Maeko permalink
    avril 1, 2013 13:29

    J’avais envie de poster ce lien vers le Vinvinteur (émission de France5)

    • 2goldfish permalink*
      avril 9, 2013 12:45

      C’est une bonne emission le Vinvinteur, ils savent vraiment choisir leurs invités ^^

      Cela dit, Mar_Lard a fait un scandale sur Twitter après la diffusion de l’émission, prétextant qu’on avait détourné ses propos. Pour être passé entre les mains clémentes des monteurs du Vinvinteur, je me permets de dire qu’elle a l’indignation facile, quand même.

      • Maeko permalink
        mai 1, 2013 14:34

        Ah j’avais vu ça. Bah c’était plutot gentil et on sait tous que c’est dur en 2min de restituer l’intégrale d’un discours.

  13. pyroL permalink
    janvier 12, 2014 13:36

    oula je tiens a preciser que La championne des jeux de combats en France, c’est Kayane, une femme (et oui!) faudrait aussi arreter de mettre tous les geek ensembles car les sexistes ne sont pas majoritaires, seulement c’est comme pour le journal, on ne parle que des individus idiots ( pardonnez le mot ) qui font du tort a tout le monde, vous savez c’est un peu comme les punitions collectives, du coup il ne faut pas se plaindre si les innocents se sentent insultés et réagissent vivement. Et quand je dis innocents je parle des gens qui ne se plaignent pas de ne pas avoir de sous pour acheter des jeux car ils savent qu’il y a pire et qui s’en contrefoutes de jouer avec des filles ou des garçons.
    voila desolé du up car l’article est assez vieux mais j’ai pas pu m’en empécher, navré aussi si j’ai mal compris, je ne suis pas un génie, juste un mec qui essaye de réfléchir de temps en temps ;p

Trackbacks

  1. Féminisme et Genre | Pearltrees
  2. Sexisme chez les geeks | Pearltrees
  3. Féminisme | Pearltrees
  4. Les geeks sont des connards comme les autres | Boum BoxBoum Box | Version 0.2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :