Skip to content

L’internet n’est pas neutre (deuxième partie) : le réseau vs. la réalité

novembre 23, 2012

Mettons une citation en exergue, ça fait très sérieux, et il est important de rappeler parfois que Boum Box est un blog sérieux :

J’en arrive à la conclusion à propos du subconscient humain… que de quelle façon qu’on considère la chose, les machines sont vraiment notre subconscient. Des extraterrestres ne sont pas venus sur terre pour construire les machines pour nous… Nous les avons faites nous même. Donc les machines ne peuvent être que les produits de notre existence, et en tant que telles, des fenêtres sur nos âmes… En observant les machines qu’on construit et le genre de chose qu’on met dedans, nous avons un test incroyablement direct de notre évolution.

Douglas Coupland – Microserfs

Voilà je laisse ça là et on y repensera à la fin. Ça veut un peut tout et rien dire, donc on pourra y projeter ce qu’on veut. C’est magique.

Dans l’épisode précédent, nous avions observé comment la vision libertarienne du web prédominante dans la Silicon Valley a orienté les normes communautaires et, entre autre, encourage, voire génère, des trolls. Je ne parle pas ici des Tim Berners Lee et des universitaires qui ont construit les fondements techniques de l’internet et du web, eux sont sans doute légèrement plus à gauche, ou alors apolitique. Ceux dont je veux parler, ce sont ceux dont l’idéologie est le fruit de la rencontre entre l’esprit libertaire californien et les millions de dollars de la Silicon Valley. Eux sont souvent libertariens (comprendre : anarchistes de droite) et à défaut d’imposer les normes techniques du réseau, ils ont défini ses normes sociales et philosophiques. Celles qui valent toute la haine du monde à Google et Facebook quand ils les trahissent, en bannissant l’usage des pseudos ou en ne référençant pas les liens vers The Pirate Bay.

Le problème, c’est que ces normes ont été définies à une époque lointaine, où le web était bien différent et ressemblait plus à un eldorado où chacun pouvait vivre son fantasme de liberté sans entrave. Il reste heureusement des espaces comme 4Chan, Reddit, ou dans une certaine mesure Twitter, où ces rêves de liberté peuvent encore être vécus, mais ne nous trompons pas : l’internet fou et libre n’est plus qu’une petite province, la plupart de la population à migré vers des villes nouvelles beaucoup plus propres et policées.

Le principal problème, c’est que plein de choses sont arrivées sur le web depuis vingt ans : des centaines de millions de gens, des milliards de dollars, des photos, des vidéos, des données personnelles  des données biométriques, nos cartes de crédit, notre système démocratique… En un mot voilà ce qui est arrivé sur le réseau : la réalité.

Qu’on le veuille ou non, c’est un fait qu’internet n’est plus séparé de la « vraie vie » et que les conséquences de nos actes online se reflètent aujourd’hui offline. On ne peut plus agir sur le web comme s’il s’agissait d’un espace de pure idée, détaché du poid de la r »alité. Partagez des creepshots et des photos de jailbaits, et vous finirez par ruiner quelques vraies vies. Trollez des pages Facebook, vous causerez peut-être un suicide. Répandez de fausses infos sur l’ouragan Sandy sur Twitter et peut-être qu’un imbécile ira voter pour Mitt Romney.

Cette infiltration de la réalité a bien sur tout un tas de conséquences positives, comme les Kickstarters qui rassemblent plein d’argent pour aider les petits enfants pauvres du monde ou rendre riche des créateurs de jeux vidéo indépendants, ou mes prochaines vacances pas trop chères grâce à AirBnB. Même un rage comic sur Reddit peut sauver une vie.

Mais bientôt sur le réseau il y aura aussi notre frigo, notre voiture et tout un tas de choses qu’imaginent les prophète de « l’internet des objets« . Plus : avec les imprimantes 3D vous pouvez télécharger une chaise sur The Pirate Bay. Bientôt vous voyagerez dans des voitures Google sans conducteur et il faudra espérer que personne le hacke. Une startup californienne appellée Scene Tap implante déjà des caméras dans les bars pour utiliser la reconnaissance faciale et vous dire s’il y a des meufs célibataires dedans. Bientôt des drones dans le ciel feront ça partout, et la notion même d’espace public sera bouleversée.

Bref, après la réalité qui s’infiltre sur internet, petit à petit c’est le réseau qui va s’infiltrer IRL pour toujours réduire le territoire du offline. Un jour tout sera soit piratable, soit contrôlable par le gouvernement/les multinationales/les illuminatis,  et Cory Doctorow n’a probablement pas tort d’imaginer que ça mènera à une guerre civile.

Facebook est probablement le lieu le plus civilisé sur le web. Du moins tente de l’être, en violant une à une les principales normes d’anonymat et de liberté du web originel. Chacun est censé utiliser son vrai nom et s’identifier ainsi partout où il va. La modération est assurée par un mélange de dénonciation populaire, d’algorithme automatique et de travailleurs sous payés qui chassent le moindre bout de téton ou violation de copyright. Tout ça pour créer un espace propre et sécurisé où chacun peut vivre à l’abri des trolls et être plus ouvert à la publicité.

Facebook ne fait pourtant que mettre un pansement sur une jambe de bois, parce que s’il y a un site qui a fait passer le trolling mainstream, c’est celui là. Les agissements de Violentacrez sur Reddit ne sont rien comparé à ceux de l’Express ou du Point, pour prendre des exemples récents. Ces deux publications françaises en perte de vitesse viennent de découvrir qu’elles pouvaient faire parler d’elle avec des couvertures chocs faites pour le partage sur les réseaux sociaux, peu importe qu’elles soient en adéquation ou pas avec le contenu des articles. Parce que sur Facebook et Twitter, peut importe qu’on parle de vous en bien ou en mal, à la fin on compte tout ça dans le buzz.

On agglomère les nombres de mentions et retweets, les « j’aime » et les commentaires : parce que le système est binaire, on se fout du contenu lui même puisqu’il n’est pas mesurable.

L’idéologie libertaire du web fait qu’on s’y méfie de toute intervention gouvernementale, et quand on voit les propositions de type HADOPI, SOPA, ACTA, etc… Il est évident qu’on a raison de se méfier. Cette idéologie se marie cependant beaucoup mieux avec le capitalisme débridé, et aujourd’hui le web se retrouve entre les mains de Facebook, Google, Amazon et autres multinationales pas toujours plus rassurantes pour nos précieuses libertés. Après tout, toutes ces lois sont dictées par des industries du copyright et de la surveillance. Opposer gouvernement et secteur privé sur le web est de plus en plus obsolète. Quand de plus grosses industries viendront s’occuper de nos précieuses libertés informatiques parce qu’elles seront mises en danger par nos imprimantes 3D et nos voitures hackées, et qu’elles voudront mettre des DRM partout et fliquer la moindre de nos actions, il faut espérer avoir un autre type de gouvernants, capable de comprendre un tant soit peu les enjeux du XXIème siècle.

Tant que tout le monde du citoyen à l’élu en passant par la multinationale est encouragé par un web binaire à voir les choses en noir et blanc, la guerre pour les libertés civiles du web est inévitable. Nul doute que ça fait bander des anons et Julian Assange de s’imaginer comme de fiers guerriers dans cette bataille, mais moi j’ai vu assez de concours de miss pour savoir que la guerre, c’est pas cool.

Voir tout en noir et blanc, c’est une des caractéristiques de la pensée libertarienne. Vous êtes soit un héros du capitalisme viril et indépendant, soit un parasite qui profite de ces derniers. Soit totalement libre, soit pas du tout. Si on veut mettre des nuances de gris dans tout ça, il va falloir se dépêcher de développer un véritable web sémantique, capable de comprendre le contenu de nos messages sur les réseaux et pas seulement leur nombre. Il va falloir de véritables intelligences artificielle capable de faire autre chose que de regarder des vidéos de chaton sur Youtube très vite, parce que j’ai peur qu’on soit trop cons.

Advertisements
8 commentaires leave one →
  1.        permalink
    novembre 23, 2012 11:09

  2. novembre 23, 2012 13:52

    On est de la baise, mec.
    Moi j’ai prévu de partir loin du réseau, couper du bois et pêcher la truite.
    John McAfee n’a pas mon calibre 12 double chok.

    Bel article.

    J’aimerai tant un petit sondage rapide des courants politiques au sein de Boumbox. Je suis près à parier du fric.

    • 2goldfish permalink*
      novembre 23, 2012 14:23

      Moi je suis anarchiste centriste et il me semble que Fifi_ est trotskiste de droite, si je ne me trompe pas.

      Sérieusement on fera un sondage sur notre page Facebook si tu veux, ça pourrait être intéressant.

      • novembre 23, 2012 16:02

        Nan je suis devenu léniniste crypto-nazi récemment, parce que j’ai du me couper les cheveux.

  3. novembre 26, 2012 11:21

    Dystopie, vous avez dit?
    C’est en marche :'(
    => http://nhetic.wordpress.com/2012/11/07/serenite-lascive-dun-aveugle-visionnaire-ebahi/

  4. décembre 20, 2012 23:33

    Alors ça par exemple… On trouve de tout tout partout, mais c’est la première fois que je tombe sur un blog comme celui-là… et avec son réseau évidement.
    OOOoh… Pleins de blogs de geeks de l’informatique qui ont même l’air de travailler dedans… J’en avais jamais vu…
    C’est bien écrit en plus… mais ça l’air un peu cloisonné tout ça… Et puis je comprends pas tout… Ceci dit c’est un peu comme lire Largo Winch ou regarder une série médicale-à-la-con : on s’en tamponne le moulineau du jargon puisqu’il reste le fond.
    Bref. Je passais par là par hasard et j’ai eu envie d’exprimer mon étonnement. Ceci dit je suis un peu léniniste crypto nazie à mes heures perdue et cet article est intéressant.

    Voici mon blogàmoi issu du monde parallèle où l’on ne maîtrise pas l’html : http://leblogdelafilleauchomage.overblog.com/

    Joyeuse fin du monde à tous.

    • décembre 21, 2012 19:29

      J’aime bien le titre de ton bloblo !!

      Merci plein aussi, c’est gentil d’être gentil !!

  5. st3luccio permalink
    février 18, 2013 00:25

    Je me permets de vous coller ici le lien d’un très bon article sur la défense de l’anonymat à tout prix. http://francoischarlet.ch/2013/defendre-lanonymat-sur-internet-a-tout-prix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :