Skip to content
14 commentaires leave one →
  1. décembre 16, 2011 15:37

    Les pubs Herta ont toujours été plus sophistiquées que celles de Madrange.

  2. décembre 16, 2011 15:43

    >Feels bad man.

  3. Harry_Tuttle permalink
    décembre 16, 2011 16:21

    SOPA = Serious Business

  4. décembre 16, 2011 18:08

    Discours intéressant mais je ne peux m’empêcher de déplorer l’esprit de résignation qui y règne. Si le hack de la pub est la solution du moindre mal, pour ma part je crois que chaque citoyen a le droit à une tranquillité d’esprit et de navigation sans avoir à contourner le système toutes les deux minutes. Chose que ma grand mère n’a pas été éduqué à faire.

    Dans la même vaine, on voit que même certaines techniques de détournement, quand elles deviennent trop grand public, sont corrompu par les grandes industries. Je pense évidemment à Ad Block Plus…

    http://antonin.moulart.org/faut-il-initier-un-fork-de-ad-block-plus/

    • 2goldfish permalink*
      décembre 19, 2011 18:22

      Je ne voulais pas écrire « résignez vous » mais plutôt « choisissez vos combats ».

  5. décembre 17, 2011 00:25

    Nice article! Je n’ai pas encore lu No logo, j’attendais de finir the shock doctrine, mais maintenant va falloir que je m’y mette. J’avoue rester sceptique a l’engouement des masses à « liker » tout et n’importe quoi (du snuggies au vagiclean contre les mycoses), mais étant donné la superficialité des relations de nos jours entre les individus, je me dis pourquoi pas avoir une relation plus fusionnelle avec les marques… Bon après en soulevant la question au milieu de tout les community manager qui opère ici, j’attends votre opinion sur le sujet, mais on ne m’enlèvera pas de l’idée que c’est le signe d’une société plus trop bien dans sa peau.

    Heureusement comme tu le soulignes il y aura toujours des malins pour contourner et abuser le systéme, et ça me redonne de l’espoir.

    • décembre 17, 2011 00:33

      et je ne sais toujours pas insérer une image dans un commentaire… un comble alors qu’à l’époque j’intégrais de chatoyants gif animé sur mes pages multimania…

      • 2goldfish permalink*
        décembre 19, 2011 18:27

        J’ai réparé ça pour toi. C’est impossible de mettre directement une image sur Boum Box, il faut vraiment qu’on bidouille back office. On va dire qu’on fait ça pour modérer à posteriori les images. Vous mettriez tous des photos de cadavres d’enfants nazis pédophiles, sinon.

    • décembre 19, 2011 19:26

      « La superficialité des relations de nos jours entre les individus »… Mouais, par rapport à quand ? Quelle superficialité ?

      Je me méfie du syndrôme « C’était mieux avant ». La division du travail social et le passage de la solidarité mécanique à la solidarité organique, ça ne date pas de 2011 : http://fr.wikipedia.org/wiki/De_la_division_du_travail_social

  6. décembre 27, 2011 03:22

    Chapeau pour cet article, ça m’a pas mal retourné
    Effectivement le gamin qui écoutait Skyrock et s’achetait des survets reebok était plus réfractaire au message publicitaire que l’adulescent qui conspue FB et Apple que je suis devenus.
    Et comme dirait l’autre, ça fait mal

  7. janvier 17, 2012 21:14

    Un article pertinent et bien dosé.
    Surtout réaliste. Oui, ce n’est pas idéal mais bon… ça serait bien la première fois! Alors plutôt chercher à contourner, à biaiser, à tirer son épingle du jeu, bref à jouer au plus malin et à gagner.
    C’est toujours le rapport de force qui est déterminant. Le notre, en plus de s’être intellectualisé, se virtualise. C’est inquiétant mais tout juste, comme tout ce à quoi on est pas encore habitué…
    Dieu merci l’égoïsme est une valeur sûre.

  8. Mickael permalink
    janvier 31, 2012 19:07

    SRAM !!!!!! et le lycanthrope et tout ça !!!!
    j’avais 10 ans. OMG le front kick à ma nostalgie pré-pubère.
    Sinon, je l’ai lu à la sortie, c’est vrai que la perspective n’est plus DU TOUT la même.
    A l’époque, il ne m’avait pas appris grand’chose. Nike achète des Nike et brande le produit. Nike achète des hommes et brande les hommes. Le web a surtout fait que la récupération va tellement vite, et qu’elle est orchestrée par les internautes comme par les marques.

    Si je puis indiquer Un bouquin de Quesada, intéressant là dessus : L’esclavemaître : l’achèvement de la philosophie dans le discours publicitaire, et plus particulièrement le principe « d’autophagie » de la publicité, elle se nourrit de tout, et surtout d’elle même… Quel principe qu’elle ne puisse pas attaquer, du coup ?

    C’est le bien.

  9. février 9, 2012 11:56

  10. stephane permalink
    février 16, 2012 03:00

    Je reste sceptique sur la cool attitude qui consiste à croire qu’on est toujours plus fort que la pub. Au final, ce qui intéresse les boites qui buzzent, qui brandent, qui storytellent, c’est que tu buzzes, brande et storytelle, et qu’au final que tu adaptes ton comportement par rapport à des messages dominants. C’est le cas. Et croire qu’on baise le système parce qu’on cracke la suite Adobe, parce qu’on se ressert trois fois de limonade chez IKEA semble être un activisme, disons, de faible intensité.

    Entretemps Klein a écrit « la statégie du choc » qui est parfaitement en phase avec cette époque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :