Skip to content

#FunFactFriday : statue et désastres sur la Lune

septembre 30, 2011

C’est un fait largement inconnu, il y a une statue sur la Lune.

Non ce n’est pas un monolithe noir (aussi le film est nul).

Il s’agit d’une toute petite statuette, déposée là lorsque David Scott, Alfred Worden et James Irwin ont aluni lors de la mission Apollo 15 (été 1971, bien d’autres étaient déjà passés par là). A l’époque, les équipages de missions américaines étaient soit de l’Air Force, soit de la Navy, chaque équipe essayant de marquer un peu plus le coup à chaque fois. Nos trois hommes (de la Navy donc) avaient quitté la grande bleue avec une petite idée : rendre, dans l’espace, un hommage aux héros morts lors de la grande conquête des étoiles, qu’ils soient neveux de Lénine ou de Sam.

Quatorze noms d’astronautes disparus en mission furent donc gravés sur une plaque commémorative :

Theodore Freeman, mort en 1964 lors du crash de son T-38 . Le premier avion supersonique dédié aux tests des pilotes de la NASA.
Charles BassettElliott See, en 1966, lors d’un autre accident de T-38 (piloter des avions supersoniques à l’ère de l’informatique cheap, c’était pas gagné..).
Edward Givens, mort en voiture en 1967, avant d’avoir pu effectuer son premier vol. Un mec brillant mais malchanceux.
Roger Chaffee, Virgil Grissom et Edward White, morts durant l’incendie de la capsule Apollo 1 lors des sessions d’entraînement. Oui, la conquête spatiale a fait plus de morts sur Terre que dans les étoiles.
Vladimir Komarov, premier cosmonaute à mourir lors d’une mission spatiale, victime du crash de sa capsule Soyouz 1 au retour de mission. La capsule avait connu de nombreux problèmes techniques, son parachute principal ne s’est pas ouvert lors de la procédure d’atterrissage, le parachute secondaire s’est entortillé en l’air et n’a rien freiné. Soyouz 1 s’écrase le 24 avril 1967 au Kazakhstan.
Clifton Williams, encore un accident de T-38 en 1967.  Williams s’est éjecté de l’appareil, mais allait trop vite (et à trop basse altitude) pour atterir sans danger.
Yuri Gagarin, le bogoss’ rouge et premier homme dans l’espace, était doublure de secours de la mission Soyouz 1. Déjà, le destin lui en voulait. Yuri était pilote de l’armée de l’air, comme nombre de ses homologues américains. Il meurt lors du crash de son Mig 15, d’une manoeuvre brusque pour sauver une école d’enfant sur lequel le Mig aurait du se cracher (thèse officielle communiste) / parce que c’était une tête brûlée et qu’il lui manquait toutes les infos météo (thèse de chien capitaliste).
Pavel Belyayev, le premier cosmonaute à avoir ramené sa mission sur Terre uniquement en contrôle manuel. La mission en question, Voskhod 2, a eu toutes les couilles de navigation possible. Pavel finira par prendre en main le retour sur Terre, allongé sur les sièges de pilotage pour s’occuper des commandes, tandis que son co-pilote, Leonov, le maintient en place. Pour avoir voulu vérifier leur altitude, ils perdent quelques secondes de manoeuvre et finissent à 2000 kilomètres de leur point d’atterrissage. Les boulons explosifs de la porte de la capsule ne fonctionnent pas, Pavel donc donc les forcer à la main, il sauve son co-pilote écrasé par les écrans, et organise leur nuit dans des conditions de froid extrêmes. Ils sont sauvés le lendemain. Pavel est porté en héros, alors que c’est Leonov qui vient d’effectuer la toute première sortie spatiale, en 1965. Pavel meurt d’une péritonite en 1970.
Viktor PatsaïevVladislav Volkov et Gueorgui Dobrovolski, sont morts le 30 juin 1971, lors du retour sur Terre de la capsule Soyouz 11. Une minuscule valve, placée sous le siège des pilotes, s’ouvre accidentellement et la capsule se dépressurise en 30 secondes, asphyxiant l’équipage. Viktor avait réussi à la refermer manuellement à moitié.

Le 2 août 1971, une heure avant de redécoller vers la Terre, nos braves Scott et Irwin du début s’agenouillent dans le sable lunaire pour y déposer cette plaque, chargée d’histoire. Devant la plaque, ils couchent une statuette en aluminium, de 8,5 cm de long : The Fallen Astronaut. L’oeuvre de Paul Van Hoeydonck, un sculpteur belge vivant à New York, qui avait par hasard rencontré l’équipage d’Apollo 15.

La voilà : la seule oeuvre d’art présente sur la Lune.

Publicités
One Comment leave one →
  1.               permalink
    septembre 30, 2011 14:10


         

          

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :