Skip to content

#FunFactFriday : d’où vient le logo Apple ?

septembre 2, 2011

Comme Fish le disait mardi : chez Boumbox, on est pas spécialement fans d’Apple. Ou de Steve.

Perso, le style gentil gourou control freak ne m’a jamais affolé, j’aurai même tendance à trouver ça ringard, mais c’est pas de sa faute, ça doit être l’âge…  Les vieux sont grincheux, ils sont fragiles et ils râlent tout le temps sur le fait qu’on veut leur piquer leur argent ou cracker leur OS. Alors on comprend bien que même le bon St Jobs se soit fait rattraper par le vieillissement et que ça nous fasse grincer des dents. Mais laissez moi vous dire, ça n’a pas toujours été comme ça ! Dans le temps, Steve Jobs et son copain Steve Wozniak (l’autre fondateur d’Apple) étaient des geeks plutôt cools et rebelles. La preuve ? L’origine du logo Apple, la jolie pomme croquée : une histoire de code secret, de guerre contre les nazis et de Blanche-Neige… Ah bon tu savais pas ? Je te raconte.

Tout commence avec Alan Turing. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est un mathématicien anglais, futur héros de la seconde guerre mondiale. Mais on en est pas encore là… Là, on est en 1938, à Cambridge, et pendant que les Polonais se disent que ça chauffe pour leurs fesses, Alan est assis sur les siennes dans un cinéma, occupé à s’absorber dans le nouveau film de Disney : Blanche-Neige et les sept nains.

Alan est alors un scientifique délicat et sensible de 26 balais, et reste fasciné par la scène du film où la sorcière trempe la pomme dans le poison. Ses amis se souviennent qu’il fredonnait sans arrêt les vers chantés par la méchante belle-mère : « Dip the apple in the brew, Let the sleeping deat seep through » (Plonge la pomme dans le mélange, qu’elle s’imprègne du sommeil mortel).

Ensuite, c’est la guerre. Vous êtes allés en cours d’histoire : l’équipe Allemande marque plein de buts d’avance et l’équipe d’Angleterre se retrouve à jouer en défense sans parvenir à décrypter le jeu adverse. Les nazis se servaient d’une machine Enigma pour crypter leurs transmissions, une bêbête réputée inviolable. Alan Turing craque le code. Et bien d’autres codes. Atout majeur des renseignements britanniques, Turing brille en cryptage / décryptage et finira par créer la machine Colossus, seule capable de décrypter les échanges entre hauts fonctionnaires de l’équipe rouge, bénéficiant du code Lorenz, encore plus impénétrable qu’Enigma. Colossus était également le premier calculateur électronique fondé sur l’utilisation du système binaire.

Le mec était fort, quoi. Héros de guerre, membre de la Royal Society, reconnaissance absolue dans la communauté des blouses blanches. Mais il était homosexuel et fut donc condamné en 1951 à la castration chimique. Répudié, mis au ban de la société et déshonoré, il se suicide le 7 juin 1954. On retrouve une pomme croquée, injectée de cyanure, à côté de lui.

Jobs et Wozniak ont kiffé l’histoire. C’est en hommage à Alan Turing qu’ils ont donc illustré leur firme naissante d’une pomme croquée.

Pas mal, non ? Plutôt cool.

Sauf que c’est du vent. Cette histoire est une légende populaire parmi les MacFags. La pomme n’est qu’une référence plate à Newton, le tout premier logo d’Apple n’est d’ailleurs pas une pomme, mais une sorte de blason cheap, ambiance armoiries de famille, avec un poème dédié à Isaac. La pomme est arrivée ensuite, et elle était « croquée » pour éviter qu’on ne la confonde avec une cerise. Les bandes de couleurs étaient là pour le show, histoire de montrer que les MacIntoshs pouvaient afficher de la couleur. On était en 1977, elles resteront jusqu’en 2001. Entre 2001 et 2003, la Pomme a été tunée plusieurs fois. Elle est fixée depuis 2003, dans sa version chromée : argentée et brillante comme une jante allu bien lustrée, bien propre et sans innuendo sexuel, bien à l’image de la marque.

Bien beauf, quoi.

Advertisements
14 commentaires leave one →
  1. 2goldfish permalink*
    septembre 2, 2011 13:21

    Alan Turing avait inventé un test qui permet de reconnaitre les robots des humains. Je pense que ce sont les robots qui l’ont tué.

  2.              permalink
    septembre 2, 2011 13:36

    Ouf, je t’ai insulté mentalement pendant jusqu’au dernier paragraphe ; je suis même allé copier le passage wikipédia qui va bien pour étayer mon propos :
    « The logo of Apple computer is often erroneously referred to as a tribute to Alan Turing, with the bite mark a reference to his method of suicide.[70] Both the designer of the logo and the company deny that there is any homage to Turing in the design of the logo. »

    http://goo.gl/sQlWw

    En somme, l’existence même de cette légende explique pourquoi on appelle les fans d’apple des macfags.

    http://goo.gl/sA4ZB

    • aaa permalink
      septembre 2, 2011 15:31

      Aussi parce que les insultes homophobes ça donne un air cool.

      • 2goldfish permalink*
        septembre 2, 2011 17:47

        J’avoue, j’ai moi aussi laissé échapper « macfag » dans mon article précédent sans réfléchir, alors que je fais plutôt attention à ne pas employer ce genre d’expression d’habitude (je suis vieux jeu, je pense). Aussi je ne jetterais pas la pierre, mais…

    • septembre 2, 2011 17:52

      Hihihi, j’étais sûr d’énerver les précis avec mon paragraphe.
      Tout l’article est un plongeoir pour le bashing final. ;)

  3. septembre 2, 2011 15:11

    Damned tu m’a bien eu
    Mais n’aimant pas trop apeule, la fin du billet était plutôt jouissive
    Et pis si c’était vrai, il aurait toujours été temps d’affirmer que c’est Wosniak qui avait eu l’idée.

    @2goldfish
    Un robot illuminati alors

    • 2goldfish permalink*
      septembre 2, 2011 15:18

      Il parait que Jobs voulait appeller le Macintosh « bicycle », mais ses équipes trouvaient ça stupide. En fait je pense qu’il a toujours été nul en nom, c’est pour ça qu’Apple a adopté la politique « just put an I on it » qui leur a évité de trop se creuser la tête.

  4. Simmalt permalink
    septembre 2, 2011 16:59

    Mais j’aimerai bien qu’on me m’explique ce qui justifie le rapprochement entre « innuendo sexuel » et « beauf », en dehors de la volonté de faire un grossier Bashing gratuit.

    J’en étais resté à « exacerbation d’attributs se voulant virils ou valorisants » comme définition passe-partout pour la beauferie. Pas trop de lien avec la sobriété ou un côté « dénué de caractère sexuel ».

    • 2goldfish permalink*
      septembre 2, 2011 17:43

      Il y a quelque chose de très masculin dans la course au dernier gadget Apple (inutile de me donner des liens vers des contre exemples, je sais qu’il y en a plein) qui bien sûr sert aussi à montrer qu’on est riche, qu’on a réussi. J’avais écrit un article là dessus et puis je voulais te le mettre en lien, mais en le relisant je le trouve un peu nul.

      Toujours est-il qu’il y a quelque chose de beauf chez (au moins certains) fans d’Apple, mais je ne sais pas si Cédric voulait dire que c’était dans le côté « dénué de caractère sexuel ». Mais la définition de beauf, c’est quelque chose de très personnel…

    • septembre 2, 2011 17:49

      C’était plutôt le nouveau logo, « chromée et brossé comme une jante allu », dans lequel je voyais de la beauferie.
      Mais c’était aussi un petit bash gratuit, je l’avoue. :)

    • Simmalt permalink
      septembre 2, 2011 18:02

      La définition du beauf est effectivement très personnelle, c’est le moins qu’on puisse dire.

      Je ne sais pas si le fait de posséder ce qui est communément admis comme étant beau/performant/efficace confine à la beauferie, même si il est certain que bien des beaufs ont cette propension, mais aussi bien des gens qui sont aussi plus en quête de sobriété et d’efficacité.

      Ma définition personnelle de la beauferie, c’est plus l’accumulation désordonnée d’attributs qui se remarquent. Apple et leurs produits ultra-bridés sont-ils plus beaufs que les PC overclockées, lecteur Blu-ray & co ? Et par analogie rouler en BMW série 1 fait-il plus beauf que rouler en SEAT Leon avec kit Cupra?

      Vaste débat

      • septembre 2, 2011 18:32

        « Je ne sais pas si le fait de posséder ce qui est communément admis comme étant beau/performant/efficace »

        En lisant ça, j’ai eu le sentiment que steve jobs me faisait une faciale.
        ( J’ai pas trop aimé )

      • Simmalt permalink
        septembre 2, 2011 18:49

        Tu m’en diras tant.

      • septembre 3, 2011 13:29

        La déf de « beau / performant / efficace » est elle aussi sujet à débat d’interprétation… Moi je ne ressens rien de tout ça devant mon iPhone en tout cas. ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :