Skip to content

Crises d’identité

juin 24, 2011

Les femmes, elles sont pas comme nous. Enfin pas comme moi en tout cas. Les femmes, sur internet, elles ont plusieurs vies.

En gros, si vous êtes un homme comme moi, vous vous êtes inscrit un jour sur un forum pour parler d’un de vos centres d’intérêt (Linux, le porn, Nickelback, les reptiles… un truc de mec, quoi). Vous y êtes resté jusqu’à en avoir marre (du forum ou de Nickelback) et vous avez emmené votre pseudo ailleurs, sur un autre forum,  sur un blog, sur un tracker. Il est probable que vous ayez changé de pseudo plus d’une fois, ou que vous appliquiez une légère modification à chaque fois (sur Twitter je suis @goldfishfight, ici je suis 2goldfish, sur Youporn je suis goldfist, etc…).

Puis Facebook est arrivé et on s’est tous cru obligé de mettre notre vrai nom. Ensuite on l’a mis sur Viadéo et Linkedin pour trouver du boulot, puis un peu partout en se connectant via Facebook (nouveau ! vous pouvez le faire sur Boum Box aussi dès aujourd’hui). Enfin sur Twitter on a marié notre pseudo final avec notre vrai nom, juste parce qu’on pouvait. Ne nous étonnons pas de finir sur Yatedo.

Au bout du compte, notre identité a fluctué pendant ces années folles de notre jeunesse où on se cherchait encore, avant de se consolider quand nous sommes enfin devenus sur internet ce qui nous définit aussi dans la vraie vie : notre boulot.

David Brent

Les femmes sont différentes parce qu’une fois sorties de la mixité de momes.net/ados.fr les femmes ont encore tout un tas d’étapes à franchir sur Doctissimo avant de finir dans la section retraites. Les femmes font d’abord comme nous, elles errent sur des forums et skyblogs consacrés à des trucs qui les intéressent comme la mode, Twilight ou la physique quantique (qu’on n’aille pas m’accuser de sexisme).

Puis arrive un jour dans la vie de la femme où son identité change : elle tombe amoureuse et sa personnalité online se fond dans sa relation. Ce n’est bien sur pas le cas de toutes les femmes, mais c’est un truc qu’on voit beaucoup plus chez elles que chez nous, les mecs : leur photo de profil Facebook devient une photo de couple, leur blog de mode devient un blog de mariage, et elles changent de pseudo, passant d’un truc genre « Mlle Bulle » ou « Miss Athena » à « Célineetantoine » ou « La mariée geek ». Puis elles ont un bébé, et là elles disparaissent carrément de leur profil facebook, remplacées par une photo du fruit de leurs entrailles, et elles passent de la section « mariage » de Doctissimo à la section « enfants » après un passage par la section « grossesse » (ou elle reviendront souvent une ou deux fois).

Pendant ce temps, les mecs gardent les mêmes photos de profil : eux en costume un jour de réunion importante, eux en train de jouer au foot, eux sur un bateau… Et ils ne vont sur Doctissimo que pour vérifier qu’ils n’ont pas un cancer et pour s’informer en cachette sur le massage de la prostate.

ugly christmas sweater  couple

Cet état de fait énerve avec raison le féministe en nous, mais en y réflechissant un peu, on se dira que ces femmes font exactement ce qu’il faut. Beaucoup ont joué les vierges effarouchées quand Eric Schmidt a déclaré qu’il faudrait à l’avenir que tout individu puisse à l’âge adulte de changer de nom pour mettre derrière lui les embarrassantes traces de son passé kikoulol. C’était pourtant plutôt une bonne idée, et c’est ce que font les femmes qui changent d’identité à chaque nouvelle étape de leur vie.

Le premier conseil à donner à un enfant qui s’aventure seul sur internet, c’est « ne donne jamais ton vrai nom ». On pourrait le suivre nous même : on peut utiliser son vrai nom sur Facebook et Linkedin pour des raisons évidentes, on n’a pas forcément de raison de connecter son compte Facebook à toutes ses activités sur le web. On en fait a tout intérêt à considérer l’identité online comme quelque chose de fluctuant et de segmenté. Ca pourrait même être un des changements sociaux les plus importants et les plus positifs du XXIème siècle, en tout cas c’est un truc qui fait bander les transhumanistes.

Si sur internet, on est en représentation permanente et que notre nom est une marque, il faut se réserver la possibilité de rebrander, de segmenter et de mettre le feu à la maison et de recommencer à zéro. Et vous n’avez pas besoin d’attendre de vous marier ou d’avoir un enfant pour vous réinventer.

Advertisements
4 commentaires leave one →
  1. juin 24, 2011 12:31

    Chez les inuktitut tu pars à la naissance avec une vingtaine de nom, et quand il t’arrive un truc terrible que tu veux mettre derrière toi tu lourdes ton nom et tu pars sur de nouvelles bases.

    True story

    • 2goldfish permalink*
      juin 24, 2011 13:45

      Wow, ils ont tout compris les inuktituts !

      • juin 24, 2011 15:31

        Mais ils ont jamais changé leur nom de tribu…

  2. juin 24, 2011 19:02

    En plus, avoir une identité virtuelle à bazarder permet à certains d’exprimer périodiquement leurs pulsions suicidaires à moindre frais (c’est pratique, je trouve)

    Pour d’autres, leurs pulsions schizophrènes aussi (quand ils se créent un 2ème compte facebook pour leur(s) identité(s) virtuelle(s) par exemple )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :