Skip to content

4 façons dont le web 2.0 révolutionne l’industrie du crime

mai 6, 2011

Le web 2.0 peut et à déjà commencé à changer la façon dont nous commettons des crimes aujourd’hui. Autrefois aux seules mains d’une élite de hackers et des mafias capables de se payer leurs services, la criminalité informatique s’est aujourd’hui largement démocratisée grâce aux outils du web participatif.

Bien sur les hackers ont encore de beaux jours devant eux, il suffit de voir ce qu’ils ont fait au Playstation Network mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, ce sont toutes ces nouvelles opportunités qui nous sont offertes de devenir un criminel du XXIème siècle autrement qu’en arrachant son Blackberry à un pauvre type dans le métro.

1. Le Flash Rob

C’est un phénomène tout nouveau, apparemment inventé tout récemment par des ados entreprenant de Washington. Pourtant, c’est une de ces idées si simples et belles qu’on se demande comment personne n’y a pensé auparavant. Reprenant le principe des flash mobs, ils se réunissent en nombre à un lieu et une heure donnée, sauf qu’au lieu de faire des batailles de coussin ou de danser sur les Black Eyed Peas comme leurs congénères improductifs, eux se retrouvent dans une boutique dont ils vident les étalages impunément, personne ne pouvant rien faire face à la force du nombre.

Pour l’instant, ils n’auraient pratiqué que le vol à l’étalage mais on ne peut qu’attendre l’escalade : braquage de transporteurs de fond, détournement d’avions, tweet apéros. Ce n’est que le début de l’ère du crowd criming.

2. Please Rob Me

Le célèbre site Please Rob Me n’avait qu’un but démonstratif et n’affiche plus ses juteux bons plans. Pour ceux qui l’auraient raté, le site rassemble tweets et check-in Foursquare publics qui permettent de savoir quand un individu n’est pas chez lui. Ensuite, à vous de trouver son adresse (c’est rarement bien difficile) et de vous y rendre pour cambrioler en toute tranquillité.

On en parle beaucoup, mais jusqu’ici la pratique semble être restée confidentielle. Les médias déplorent le manque de cas de cambriolage clairement liés aux réseaux sociaux, et les statistiques officielles ne montrent pas vraiment de nouvelle tendance. Si vous vous sentez l’âme d’un cambrioleurs, ça veut dire qu’il y a une formidable opportunité à saisir : soit le reste de la profession ne s’est pas encore mis à jour, soit ce sont les forces de police qui sont à la traîne. Dans les deux cas, il y a de l’argent facile à faire !

3. Le chantage via Facebook

Sur ce coup là, les médias sont déjà dessus comme des vautours : le chantage via Facebook, c’est une véritable tendance. Pour l’instant cependant, ce sont encore une fois les adolescents qui sont les pionniers de la pratique, et ils restent des gagnes petit : vas-y que j’échange mon silence contre une photo topless ou, au pire, une pipe.

Pourtant, on sait aussi par les médias que les cas de divorce et de licenciement liés à Facebook se multiplient. Ce sont justement deux des principaux leviers du maître chanteur. Un petit tour sur le toujours utile Youropenbook et en choisissant quelques mots clés très simples (boss, ex, abortion…) vous trouverez des dizaines de victimes potentielles :

Facebook réunit pour vous en un seul site tout ce que vous auriez eu autrefois besoin d’aller trouver sur Google, 123people, Viadeo, Doctissimo et un générateur de lettres anonymes. Tout ce qu’il vous faut, c’est une adresse e-mail provisoire créée dans un Taxiphone et un compte Facebook de maître chanteur sera à vous.

4. Le personnal branding pyramidal

Nos lecteurs fidèles connaissent déjà bien cette technique : utilisez les réseaux sociaux pour vous organiser et créer votre propre hype. Ecrivez vos louanges mutuelles dans vos blogs respectifs, faites autant de personal branding que de mutual branding et si vous faites bien votre travail, vous allez bientôt avoir tout un tas d’aspirants qui vous imiteront et viendront renforcer votre branding. Multipliez le phénomène à l’infini, vous obtiendrez une belle pyramide d’influenceurs.

Vous pensez que la pyramide arrive à saturation et vous avez peur d’arriver le dernier, juste à temps pour que tout le système vous tombe dessus ? Facebook vient de passer d’un coup de valoir 50 milliards de dollars à en valoir 100 milliards alors que dans le même temps ils en sont réduit à payer leurs utilisateurs pour regarder les pubs sur le site : clairement, il y a encore des gens crédules à exploiter dans le monde.

Publicités
7 commentaires leave one →
  1. mai 6, 2011 12:21

    Le flash rob je ne connaissais pas, c’est énorme !!

    • 2goldfish permalink*
      mai 6, 2011 12:40

      En exclu, le making of de cet article : « Flash Rob ? C’est Fun ! » > trouve trois autres items pour faire une liste > cherche 2-3 jours de quoi faire une bonne liste à 5 items > c’est vendredi, fait chier, j’en reste à 4

      • mai 6, 2011 14:09

        Ce petit goût d’interdit quand on partage les coulisses du spectacle :D

  2. Baleine des sables permalink
    mai 6, 2011 12:42

    Voilà pourquoi il faut être complètement parano et filtrer l’info que l’on diffuse, sélectionner les groupes qui vont y avoir accès, compartimenter et manipuler tout ce qu’on fait et dit sur les réseaux sociaux.

    Les réseaux sociaux rendent-ils fou ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :