Skip to content

Un peu de tout

novembre 5, 2010

– « Tu écoute quoi comme musique toi ? « 

– « Moi ? Un peu de tout. »

– « C’est dingue, moi aussi ! »

Cette conversation c’est un peu l’essence du Réseau Social. LA grosse révélation qu’on voit Zuckerberg avoir dans Le Film, c’est au moment où un type vient lui demander s’il sait si une de ses camarades de classe est « disponible » ou pas. Il a alors l’idée du relationship status : alors qu’autrefois la manœuvre complexe de l’échange de numéro de téléphone était tout un art, aujourd’hui on tape un nom sur Facebook et on a accès à tout un tas d’information sur les gens qu’on n’aurait auparavant collecté qu’au bout de plusieurs rendez-vous. Leur « relationship status », leur religion, leur tendance politique, leurs goûts musicaux.

Et qu’est-ce qu’ils écoutent justement les gens ? Un peu de tout.

Un truc dont on parle peu parmi toutes les transformation de Facebook cette année, c’est la création automatique de « community pages ». Avant, une « page » Facebook était toujours le résultat d’une action délibérée. J’aime les cucurbitacés, je crée une page ou un groupe « cucurbitacés ». Wikipedia style, tout est crée par les utilisateurs. On appelle ça du crowd sourcing est c’est encore moins cher que l’out-sourcing à Madagascar.

Les « Community Pages », c’était censé être principalement la reprise des pages Wikipedia justement : chaque page de l’encyclopédie devient une page Facebook que vous pouvez « liker » et avec laquelle vous pouvez interagir. La différence c’est que sur Wikipedia, vous pouvez éditer, déplacer ou supprimer une page. Sur Facebook, toutes les pages s’accumulent, qu’elles fassent doublons avec des pages déjà existantes ou qu’elles ne correspondent à rien. Qui n’a pas envie de devenir fan de « La guerre des étoiles (homonymie) » ou de « Wikipedia monthly maintenance categories that are empty » ?

fun

A tout ce petit bordel viennent s’ajouter les pages « places » qui créent une nouvelle page pour chaque endroit où quelqu’un a ressenti le besoin de prendre son téléphone pour crier au monde indifférent « je suis ici ». Peu importe que « ici » soit « dans ton cul » ou bien un endroit qui n’existe pas. Peu importe que cet endroit ait déjà sa page Wikipedia, plus la page créée par le propriétaire de l’endroit et celle créée par un client en 2007.

En fait aujourd’hui on a l’impression qu’on peu difficilement aller sur Facebook sans créer une page par mégarde. La preuve, c’est la page « un peu de tout » qui a plus de 6000 fans : à chaque fois que quelqu’un écrit qu’il aime « un peu de tout » dans le champ « musique » de son profil, il vient s’ajouter à ces 6000 fans. Il ne faut bien sur pas confondre cette page avec « Assez variée » (seulement 39 fans), « éclectique » (4000 fans), « très éclectique » (1000 fans). Ou bien avec « Un peu de tout » le programme télé. De toute façon, toutes ses pages ne font pas le poids face à « un peut de tout » et ses 26000 fans de la non-orthographie. Même « rien » a plus de 10 000 fans.

Ces pages sont vides : elles n’ont aucune fonction, aucun intérêt, même pas commercial. Elles sont simplement là, par milliers, par millions surement. Au plus, elles polluent les recherches déjà pénibles sur Facebook. Facebook a fait mieux que d’inventer le crowd sourcing sans le contrôle des éditeurs, Facebook a carrément éliminé les rédacteurs. Facebook devient chaque jour plus énorme, boursouflé, comme Tetsuo à la fin d’Akira. Ou est-ce plutôt comme Myspace ?

Alors qu’ils laissent les pages se multiplier comme des lapins en Australie, le refus de Facebook d’offrir un autre choix que « homme » ou « femme » aux gens entre les deux qui voudraient bien qu’il en soit autrement parait encore plus discutable : si Facebook veut bien générer automatique des millions de pages sans but, ce n’est pas une petite catégorie de plus qui va encombrer le Réseau Social. Heureusement pour Zuckerberg, la meilleure façon qu’ont trouvé les transgenres pour protester ? Créer leur page Facebook.

activisme & social networking

Advertisements
4 commentaires leave one →
  1. Baleine des sables permalink
    novembre 8, 2010 10:35

    C’est horrible d’écouter un peu de tout. C’est des gens qui soit n’aiment pas la musique, soit ont eu la flemme de remplir cette partie de leur profil, je ne vois que ça. Ma mère écoute un peu de tout, ce qui revient à aimer le fait que Chérie FM enchaine du Laurent Voulzy avec les Rolling Stones. Bref, je pense qu’il n’y a rien de pire. Et dieu sait que j’aime ma mère ! (Merde on a dit que dieu n’existait pas, comment on fait alors pour jurer ?)

  2. HenZ permalink
    novembre 19, 2010 15:59

    J’aime bien quand les gens me répondent « un peu de tout », car je leur réponds « très bien… Parlons musique Baroque alors? »

    • 2goldfish permalink*
      novembre 19, 2010 16:55

      Et moi je leur répond « parlons Zouk ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :