Skip to content

Pourquoi les jeunes ne twittent pas ?

novembre 2, 2010

Bah oui, tiens, pourquoi ? Les stats sont claires. Pourquoi les jeunes, cette population si prompte à tout essayer dans une débauche de temps libre insultante, eux si friands de social-media, eux les virus de toute évolution numérique qui se respecte, pourquoi n’ont-ils pas été les early adopters et les chantres enflammés de la boîte à Gazouillettes ?

(Non, cet article n’est pas un déchet en retard de la semaine des jeunes, c’est pas le genre de la maison. Maintenant, finis ta soupe Liebig périmée et file dans ta chambre.)

Faisons une liste des raisons qui font que les jeunes devraient être sur Twitter, à niquer vos TL dans l’allégresse.

1/ Twitter, c’est incompréhensible

Et les jeunes, y kiffent les trucs incompréhensibles. Je le sais, parce que même les trucs qui m’étaient compréhensibles quand j’étais môme me sont devenus incompréhensibles maintenant. Genre, quand j’étais petit je jouais à Final Fantasy. Je participais à des opéras en sprites,  je changeais de métier à chaque sauvegarde, je collectais des matérias en trouvant Sephiroth cool. Je m’étais même tapé l’avorton Mystic Quest. Et aujourd’hui ? Bah les jeunes ils jouent toujours à Final Fantasy. Et ça vraiment, c’est incompréhensible. Dont acte.

Bref, Twitter c’est cryptique, dur d’accès au profane, t’as le droit d’y causer comme un porc en SMS sans qu’on te chauffe les oreilles, t’as plein de caractères spéciaux incantatoires, des acronymes à s’en gratter les yeux, bref une sympathique escalade à l’obscurité. Et quand t’en parles IRL, personne pige. Et ça, ça les fait marrer les jeunes.

Sauf que là, non. Ils sont pas à la fête. Mais pourquoi ?

2/ Twitter, c’est social

Plus précisément, c’est social challenging. La course aux followers, les astuces, les embrouilles pour en gagner plus, les petits bouts de tech à pluguer et dégager pour auto suivre, auto larguer, auto manager la maniaquerie extrême de l’autopilote mental symbolisé par le chiffre, LE CHIFFRE. Combien de bêtes à ton cheptel, gringo ? Plus ou moins que moi ?

Speed, simple, au vu de tous : ta vie. Le live dont vous êtes le héros. Un truc que nous aussi, on kiffait quand on était jeunes. Et geek. Et puceau. Et qu’on avait pas de meuf. Et qu’on en était pas fier.

Sauf que là, non. Ils s’exhibent ailleurs.  Mais pourquoi ?

3/ Twitter, c’est mode, c’est bad

Y’a Kanye. Y’a Fifty. Y’a Lady. Et sans doute plein d’autres, tous 10 fois plus cool que Twitter lui-même. Sauf que là, t’entres dans leur intimité ou au moins dans celle de l’imagination de leur chargé de com’ mais ça vaut mieux pour elle. Mais y’a pas qu’eux, il y a là toute une population de stars, virtuelles ou non, qui sont vulgaires, disent des saletés wtf, et globalement dont le niveau de discours, de morale et dont la destination des URLs, doit atteindre celui d’un épisode de Vidéo-gag mixé à Face à la mort.

Sauf que là, non. Ils se lâchent ailleurs. Mais pourquoi ?

Tentatives de réponses
où l’on se gratte le menton en se demandant pourquoi Twitter est deserté par les jeunes tout en buvant du thé et en jouant au Solitaire en attendant le brief de 15h.

HYPOPOTHÈSE NO.1 : LES JEUNES SONT CONS

Fidèles à leur habitude depuis toujours, les jeunes entravent que dalle. Ils errent dans la nullité, absorbant du vide et recrachant du néant. Ils sont sans travail, sans argent et sans culture. Ils n’ont rien compris au monde dans lequel ils vivent, ce qui explique leur manque d’intérêt pour Twitter, le vrai réseau social du vrai présent, contrairement à toutes ces daubesbook de bolosses basés sur des représentations passéistes du soi qui t’informent sur des trucs, parfois plusieurs minutes après que ça soit arrivé. Parce que les jeunes sont des branleurs, ils ne comprennent pas le potentiel de Twitter. En plus, ils sont trop cons pour bien s’en servir.

HYPOPOTHÈSE NO.2 : LES JEUNES SONT DEVENUS CONS A CAUSE DE NOUS

Puisque la culture des jeunes du 21e, c’est nous. Puisque nous avons phagocyté leur vertes années en leur imposant un remix culturel des artefacts de notre génération. Puisque Scott Pilgrim, c’est leur vie, parasitée par nos références. Puisque nous avons tout fait et que nous sommes partout. Les voilà apathiques… sans espace pour s’exprimer. Selon la vieille théorie, quand tes parents sont des oufs, toi t’es un sage. Evidemment, nous les pèlerins des Internets, les early connoisseurs du social Web, on a investi Twitter et modelé le service à notre usage. Les laissant une fois encore à la traîne et forcés de se calquer sur nous ou de ne pas participer à la fête. Comme ils sont rebelles-mous, ils sont pas venus.

HYPOPOTHÈSE NO.3 : LES JEUNES SONT CONS A CAUSE DE LA TÉLÉ PAR CÂBLE, DES JEUX VIDÉO, DU RAP, DE LA DROGUE ET DU PARTI SOCIALISTE

Et ils sont trop occupés à se piquer dans des caves, sniffer des speedball en yopant des skets, se gaver de FIFA en mangeant des pizzas et rater leurs études pour participer à Twitter… ou trouver un travail… ou un(e) mari / femme de bonne famille… ou aller à la guerre… ou voter aux élections pour contrer l’avancée flippante de la puissance électorale de leurs ennemis jurés, les vieux. Les jeunes se dérobent à leurs devoirs, ces foutus cons, ainsi ils se dérobent à Twitter.

HYPOPOTHÈSE NO.4 : LES JEUNES NE SONT PAS CONS

C’est hautement improbable, je vous rassure. Mais si les jeunes ne sont pas cons, et qu’ils ne sont pas sur Twitter, il y a peut-être une raison… Peut-être qu’en nous voyant nous renifler les fesses en humant avec délectation, se follower à qui mieux mieux pour assouvir nos ambitions carriéristes, sexuelles ou juste superficielles… Peut-être qu’ils se disent la même chose que nous, lorsque nous les croisons par troupeau sirotant à 6 l’unique bière qu’ils peuvent se payer, rationnant les clopes et se frottant au sexe opposé avec une maladresse dépressive… Peut-être qu’ils voient clair dans le jeu, et que ça les déprime, parce qu’ils constatent que toute la pression sociale : couple, argent, réussite, ne s’évaporera pas avec leur premier CDI. Peut-être qu’ils nous trouvent pathétique et qu’ils ont raison. Peut-être que si les jeunes ne twittent pas…

C’est parce qu’ils trouvent ça ringard.

Advertisements
17 commentaires leave one →
  1. 2goldfish permalink*
    novembre 2, 2010 11:47

    J’avais les théorie que « les jeunes n’ont rien à dire » et que Twitter s’étant redéfini comme un réseau d’info et non un réseau social (c’est le patron de Twitter qui l’a dit alors ça doit être vrai), les jeunes n’avaient rien à y foutre. Sauf que Twitter est plein de vieux qui n’ont rien à dire non plus et qui le disent pourtant cinquante fois par jour. Donc ça tient pas. Plouf.

  2. Seb permalink
    novembre 2, 2010 13:40

    M’en fou que les jeunes soient pas sur twitter. Ils ont pas une tune et Twitter c’est juste bon pour le spam de CPA.

  3. novembre 2, 2010 15:06

    HYPOPOTHÈSE NO.5 : LES TWITTOS ONT RECOURS A DES INCEPTIONS MASSIVES POUR RETIRER AUX JEUNES L’IDEE DE TWITTER

    • novembre 2, 2010 15:49

      Belle référence.

      • ­­­ permalink
        novembre 4, 2010 17:39

        Et personne pour relever qu’une inception c’est l’inverse du vol de rêve…
        N00b trolls!

  4. novembre 2, 2010 15:11

    je suis jeune, j’ai 15 ans et je twitte. J’adore. Ca m’a permis d’entrer en contact avec des gens qui publient mes billets sur leurs blogs. C’est trop lol en fait.

    J’adore.

    Juste je trouve qu’il y a trop de payday sur le réseau alors que facebook on se sent plus en famille, plus rassurer.

    Merci de ton billet, mais je ne vois pas trop l’intérêt.

    Je n’aime pas qu’on dise qu’on est tous des cons, nous les jeunes.

    • novembre 2, 2010 17:02

      Tu es mon lecteur type, je t’aime.

    • Baleine des sables permalink
      novembre 2, 2010 18:10

      T’écris beaucoup trop bien pour ton âge mec !
      T’as beau avoir 15 ans, tu ne corresponds plus à la CSP « jeune. »

      KTHXBAÏ!

  5. novembre 3, 2010 22:23

    merci de dire que j’écris trop bien mais on a écrit à plusieurs en faite. On m’a aider.

    CSP j’ai cherché et je veux pas contredire mais jeune c’est pas un métier rénumérer.

    voilà…

    • novembre 4, 2010 00:39

      On croise pas souvent des trolls gentils et courtois qui font des blagues, tu es une denrée rare ! J’ai même pas encore lu le mot nazi. J’ai comme envie de te donner la médaille du troll sympa.

      • Baleine des sables permalink
        novembre 5, 2010 14:15

        J’ai voulu répondre au troll par le troll et j’ai perdu. Y’a plus de justice !

  6. novembre 4, 2010 15:16

    Un troll qui nique le participe passé, c’est un real troll :-) Sinon, je suis pour la théorie 4, le jeune de base il continue de s’exploser les boutons sur facebook ou a se yoper les skets // yopage de skets // sket yopping (de rien) pendant que les adultes respirent leurs prouts sur twitter..

  7. lapin-ninja permalink
    novembre 13, 2010 15:30

    Je suis un jeune, un vrai, pas un troll.
    Je ne twitte pas, je ne l’ai jamais fait et je ne compte pas m’y mettre.
    Il y a une bonne raison à ça.
    Si on a pas en tête d’avoir à tout prix la dernière info avant tout le monde sur son smartphone, ça n’a pas d’utilité. Ca, à la limite, c’est compréhensible. Mais quand la dernière info c’est un message égocentrique de Kanye West, le dernier coup de gueule de 50cents contre les horodateurs, Trentou qui peste contre la grande industrie musicale ou des gens qui s’engueulent entre eux avec des messages cohérents comme une joute verbale d’école primaire, là je ne vois pas du tout l’intérêt. Avoir de l’information c’est plaisant, à condition que cette information soit intéressante. Là, on assiste à un touchage de nouille / masturbation de l’égo, public(que) et collectif(ve)
    Je comprend que quand on est journaliste, l’information de ce genre est capitale, parce qu’on a pas toujours de grands sujets et qu’il faut parfois bien faire des articles à la con avec un titre choc pour que ça clique un maximum dessus. Pour le commun des mortels, les vraies infos on les a après les gens qui twittent, et c’est absolument pas gênant.
    Ensuite, autre raison de l’absence de jeunes sur twitter, c’est un réseau qui demande d’être suivi. Or quand on est jeune on suit les gens mais peu de gens nous suivent (sauf si on est Jonathan Krohn) ce qui est frustrant. Or un jeune frustré, ça fuit, pour se réfugier dans la drogue, la violence, les jeux vidéos addictifs et le satanisme.
    Alors vous comprendrez bien que Twitter, ça me passe au dessus.

    • ­­­ permalink
      novembre 16, 2010 11:10

      Twitter ne se résume pas à l’info ; ça peut également te permettre de prolonger l’échange avec des blogueurs (et plus généralement des internautes) en dehors de leur blog (ils te signalent des liens qui ne feront pas l’objet d’un billet), et ceci est 1 usage parmi 42, + tous ceux qu’il reste à inventer.

      • 2goldfish permalink*
        novembre 16, 2010 11:15

        Et puis Twitter ne se résume pas à ses stars non plus. Je crois qu’à part Eolas (et Kanye, bien sur), je ne suis plus personne qui a plus de 2000 followers. Ils n’ont en général aucun intérêt.

      • ­­­ permalink
        novembre 16, 2010 15:32

        Tu ne suis pas @ioudg ?!
        #FF

      • 2goldfish permalink*
        novembre 16, 2010 15:37

        même pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :