Skip to content

Tout commence par le sexe

septembre 15, 2010

Ouais, c’est là que ça commence : le futur est entre vos jambes.

Je ne veux pas parler des bébés, parce que vos bébés seront probablement idiot, iront dans une école privée de merde parce que vous aurez peur qu’il se fassent racketer leur briotche de potche par une biatche de grande section, trouveront un job de merde du futur que vous ne comprendrez pas, genre management manager, et mourront comme des cons sans avoir rien accompli. Comme nous quoi.

Enfin je veux parler d’eux un peu quand même, vos bébés. Parce qu’ils seront bizarres. L’autre jour, mon boss m’a parlé du stagiaire qu’il a accueilli dans son bureau quelques jours. D’abord il m’a dit qu’il écoutait tout le temps de la musique bizarre. « Tu imagines, n’écouter que de la musique bizarre ? » Le stagiaire écoutait Diplo, moi j’écoute des trucs plus bizarres que ça assez souvent, mais mon boss il avait passé la journée à chantonner un truc qui a fini par se révéler être David Halliday.

Le vrai truc est arrivé quand il m’a dit « Et même les trucs de cul, ce qu’il m’a montré, c’était bizarre. je comprends pas. »

lesbian dino porn

C’est connu : le minitel, la vidéo, internet etc… ont tous du leur succès dans les premières années au sexe. Evidemment au bout d’un certain temps les gens ont commencé à explorer le web en dehors des sites de porn, comme ils s’étaient mis auparavant à louer des vidéos de film avec des gens habillés, tout comme ils avaient fini par utiliser leur minitel comme serre-livre.

Le web c’est comme tout le reste donc, mais c’est aussi particulier. On vous a déjà dit qu’internet rend fou, et ce n’est pas un truc nouveau : alors qu’il a fallu des années à l’industrie du porn pour se mettre au gonzo et aux pratiques les plus cheloues, le web a commencé direct avec le rassemblement des niches les plus spéciales. En 1995, la Quicksand! Page était déjà l’adresse favorite de ceux qui savent apprécier l’érotisme des sables mouvants.

quicksand samantha erotic

Enfin bon, ça fait longtemps qu’on sait qu’internet favorise la perversion sexuelle. Mais ce n’est pas de ça qu’il faut s’inquiéter. Les plans skets ne font de mal à personne (sauf peut-être à ceux qui retrouvent les skets yoppées dans les rayons de Décathlon).

Entre votre naissance idiote et votre mort inutile, vous allez surement développer des fétiches un peu dégueulasses, et le web ne va pas vous aider à les refouler comme vous l’auriez fait quelques années plus tôt. Et si l’histoire nous apprend quelque chose c’est que ce qui commence par le sexe finit par affecter tout le reste. Tu commence avec une poignée de types frustrés, jaloux et ambitieux dans l’antiquité, tu finis avec trois grandes religions monothéistes, des lapidations, des guerres et des rayons boucherie de plus en plus fragmentés dans les supermarchés. Tu commence avec un service d’échange de porn international, tu finis avec l’internet.

Et ça se reproduit partout à plus petite échelle à l’intérieur du web, comme des fractales : le slogan de 4chan ça pourrait être « venez pour le porn, restez pour la communauté ».  Nous avons déjà l’impression d’être incompréhensibles pour nos parents. Les gamins du futur seront aussi bizarres que leurs fantasmes. Les furries et les inflationnists vont avoir leurs équivalents politiques, philosophiques et spirituels.

furrie

En fait ces équivalents existent déjà. Les idées sont même souvent vieilles, parce que si les gens sont plus bizarres, ils ne sont pas plus malins avec internet et les nouvelles idées pas plus nombreuses. Mais les vieilles idées peuvent avoir une portée nouvelle sur le web : les communautés d’autistes, le VHEMT (Voluntary Human Extinction Movement), les forums illuminés anti-illuminatis, les blogs pro-anorexie … Il y a probablement dix exemples néfastes pour un seulement potentiellement néfaste, mais c’est comme ça que ça marche la vie.

Tout ce que j’ai trouvé à dire quand mon boss m’a parlé du stagiaire, c’est : « internet, ça fait faire des trucs bizarres aux jeunes ». C’est probablement une bonne chose.

Advertisements
5 commentaires leave one →
  1. Baleine des sables permalink
    septembre 15, 2010 11:52

    Je suis toujours fasciné par les liens que tu trouves.
    C’est une vraie bonne question que tu poses là. Même si c’est une réponse de manager que tu nous fais au final.
    Concrètement, comment on peut communiquer sur ce qu’on fréquente sur internet avec les personnes qui y sont extérieures ? Moi je sais que ça me fait peur. Ou ça leur fait peur. Ou peut-être qu’en fait j’ai peur de leur faire peur.
    Parce que je ne vois pas trop comment aborder le sujet passionant de la DADV par exemple.

  2. septembre 15, 2010 13:32

    Non mais un stagiaire qui partage son pr0n avec le b0ss ! Franchement…
    http://goo.gl/GJXd

    J’émets l’hypothèse qu’internet fait la même chose aux vieux et aux jeunes, mais que les premiers font tout pour rester discrets (en application de leurs codes sociaux), alors que les seconds ne voient pas pourquoi ils se cacheraient de comportements massivement adoptés par leurs semblables (en application de leurs propres codes sociaux).

    @Baleine des sables : « comment on peut communiquer sur ce qu’on fréquente sur internet avec les personnes qui y sont extérieures ? »
    -> hence Rule n°2.

  3. 2goldfish permalink*
    septembre 15, 2010 13:49

    Moi je me garde bien de parler de porn dans la vraie vie, en tout cas avec mes collègues… Le stagiaire, ce qu’il a partagé, connaissant mon boss ça n’a jamais été que parce que ce dernier lui a demandé…

  4. Smorfelt permalink
    septembre 16, 2010 10:46

    Le p0rn fait parti de la vie d’un service IT, donc pour moi la question ne se pose même pas, on en parle tout le temps… (sauf avec le management qui lui ne parle de p0rn qu’avec les autres personnes du management).

    Je dirais même que nos journées se divise comme ca :
    – 40% Geek IT
    – 30% meufs/P0RN
    – 20% Sport
    – 10% Bouffe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :