Skip to content

How to blog the Boum Box Way

août 6, 2010

Commencez avec une affirmation qui semble sortie de nulle part, pour accrocher le lecteur. Attention, c’est probablement le point central de votre billet, votre seule vraie idée. Votre argument, votre sujet. Ensuite vous pouvez peut-être poser une question ? Et si vous élargissiez le sujet en posant plusieurs question ? Une rafale de questions ? Assurez que vous n’êtes pas comme les autres, que vous n’allez pas écrire la même chose, éventuellement en se moquant d’eux, tous ces blogueurs/twittos de merde en quête d’influence. Surtout faites comme ci c’était vrai. Terminez le premier paragraphe avant qu’il ne soit trop long.

Expliquez ce qui vous a amené à poser ces questions, éventuellement en racontant une anecdote ou en postant un lien vers l’article qui a inspiré votre réflexion. Vite, insérez une image pour aérer le texte avant que le lecteur ne s’ennuie trop et passe à l’onglet suivant, peut-être pour ne jamais revenir. Choisissez une image drôle et/ou choquante. Elle peut avoir un rapport avec le texte, mais si elle n’en n’a pas, allez-y au bluff, les lecteurs trouveront bien un rapport eux même.

facebook addiction

Ici si vous avez bien fait votre boulot dans la première partie, vous pouvez maintenant gagner du temps. Partir en digression. Vous pouvez citer des exemples, des anecdotes, des choses qui n’ont qu’un rapport tangentiel. C’est la vraie  chaire du billet, qui donnera l’impression qu’il y a plus que du vent derrière votre argumentation. Les lecteurs ne vous prêtent que quelques secondes d’attention et ces petits bouts de texte désarticulé vont sans problème passer pour un raisonnement logique.

Maintenant revenez à votre sujet de base, faites un bon mot si vous vous en sentez capable. En cas de panne d’inspiration, utilisez l’outrance, genre « Facebook c’est comme une pute, mais c’est aussi votre maman », même si ça ne veut rien dire, ça passera comme tout le reste, vous verrez. Dépêchez vous de mettre une autre image, vous avez été trop long, les lecteurs vont se casser !

mario pixel 3dSi vous avez un vrai argument, maintenant c’est le moment de le développer. Soyez sérieux mais rapide. Faites des phrases courtes. Laissez le lecteur faire le lien entre elle, il se croira intelligent. Il vous croira intelligent.

Sinon, il est temps d’arriver à la conclusion. Faites des phrases définitives, assurez votre autorité, mais sans en faire trop. Votre conclusion, c’était votre toute première phrase, voire votre titre, et vous pouvez écrire avec l’assurance de celui qui vient de démontrer quelque chose par A+B. La circularité de la forme se substitue aisément à la robustesse du fond.

Terminez en vous adressant directement aux lecteurs, par une question ou une imprécation. Ça attirera peut-être les commentaires ? Et puis, parce que vous avez peut-être au fond de vous un restant d’âme qui culpabilise de produire autant de bullshit, ironisez juste un petit peu, comme si ça changeait quoi que ce soit.

Advertisements
4 commentaires leave one →
  1. août 6, 2010 10:28

    Et surtout laissez le soin aux commentateurs d’expliquer pourquoi vous vous trompez…

  2. août 6, 2010 10:42

    Le pire c’est qu’on fait tous ça, sauf Ioudgine.

    Mais c’est pas comme si c’était important, vu que personne ne lis, sauf sur http://www.ioudgine.com

    Ton analyse est très fine et me fait réaliser que le blogging se résume souvent à une activité onanique.

  3. Delapouite permalink
    août 6, 2010 12:31

    Heureusement que le caillassage de la maman n’a pas eu lieu à Carnac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :