Skip to content

Le Sadomasochisme expliqué aux enfants

juillet 23, 2010

Il y a quelques semaine est survenue l’attendue transformation de Miley Cyrus, l’une des plus grandes idoles Disney de l’immémoriale ère pré-Bieber. Tout le monde savait que cette transformation allait arriver : à ce stade, le processus avait déjà depuis longtemps trouvé sa forme parfaite à travers Britney Spears, et il ne faisait aucun doute qu’il allait se reproduire dès qu’on a entendu la première note parvenue de la bouche de Miley à nos oreille à travers le voile magique d’autotune. Miley avait commencé Vierge, un ou deux albums plus tard elle devait devenir Putain.

La panoplie de la Putain Pop est faite de cuir ou de latex moulant, de tissus et de maquillages noirs, de poses suggestives et d’une attitude de « Bad Girl » dominatrice. Si vous êtes comme moi, vous avez déjà vu tout ça bien avant Britney, Christina et les autres : pour moi, ce scénario évoquera toujours les comics de mon enfance, ceux des X-Men écrits par Chris Claremont.

miley cyrus bad girl

Chris Claremont a été le scénariste des X-Men pendant 15 ans, de 1976 à 1991 et avec une poignée d’autres, il a définit ces super héros pour les décennies à venir. C’est principalement sa vision qui a été reproduite dans les films qui ont rendu les X-Men célèbres auprès du très grand public. Bref, jusqu’à mes 14 ans à peu près, c’était pour moi l’auteur le plus important du XXème siècle. Au moins.

Il y avait un truc dans les BD de Claremont que je n’ai vraiment compris qu’en grandissant : à peu près un épisode sur deux, l’une de ses héroïnes (il était connu pour ses personnages féminins « forts ») avait une épiphanie, ou plus probablement tombait sous le contrôle d’un vilain télépathe et elle devenait méchante. Le truc, c’est que « devenir méchante » se traduisait par un changement de look radical vers quelque chose comme ça :

jean grey storm ororo dominatrix

Aujourd’hui, les obsessions de Claremont sont un objet de blagues entre fanboys, qui se racontent entre eux la légende selon laquelle le scénariste aurait eu l’habitude dans les années 1980 d’engager des putes de luxe pour qu’elles se déguisent en Storm et le fouettent (ou le fistent dans les versions les plus récentes). Il y a même un blog « Chris Claremont : Mind Control Central » qui répertorie toutes les instances dans la longue carrière de Claremont où l’un de ses personnage est soumis à l’exquis supplice de la soumission mentale.

Alors bien sûr, il n’y a rien de mal à introduire un peu de ses fétiches dans ses super héros. C’est une fière tradition qui remonte tout de même à 1941 quand William Moulton Marston a créé Wonder Woman. Si quelques petits garçons ont inconsciemment associé cuir, cravache et sexe après avoir éprouvé quelques sensations bizarres à la lecture des X-Men, ce n’est pas bien grave. Les geeks du monde entier étaient de toute façon condamnés à une sexualité trouble le jour où George Lucas à combiné les mots « Slave » et « Leïa ».

Quand c’est une idole des petites filles comme Miley Cyrus qui se transforme en bad girl, le problème est tout autre. En gros, le message qu’elle envoie à toutes ses très jeunes fans, c’est  « Avant le sexe, j’étais pure et innocente, la vie était simple et je m’amusais. Maintenant, je suis mauvaise, je ne souris plus, je ne suis plus fun et je dois utiliser mon sexe comme une arme pour affirmer ma place dans la société ».

Oui petite fille : tu vis un temps merveilleux d’innocence, tu es une princesse-fée, quand Justin Bieber sourit à la caméra, c’est à toi qu’il pense. Mais attention, le jour où tu laisseras ton petit copain toucher plus que tes seins, tout ça sera fini, tu deviendras la noire princesse du péché. Ce scénario suivi par toutes ces starlettes, ça n’est pas moins de la propagande pour la « pureté » pré-nuptiale quand on arrive à la phase « salope ».

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. juillet 23, 2010 13:46

    Même si ta thèse est légèrement différente, ça me fait fortement penser à l’épisode 1202 de South Park : « Britney’s New Look », dont je reproduis ici un passage du script parodiant le film « La Colline a des Yeux » :
    ____________________________________________
    Paparazzo 8:
    Look, kid, throughout history people have found it necessary to engage in… human sacrifice.

    Bob Summers: In ancient times, humans would commonly pick one lovely girl, adorn her with jewels, treat her like a goddess, and then… watch her die.

    Paparazzo 9: We like to think we’re more civilized now, but the truth is our lust for torture and death is no different than it was in gladidator times.

    Paparazzo 10: Only difference is that now we like to watch people put to death through magazines and photographs.

    Canadian Paparazzo: It’s a damn shame too. Old ways were bettah. Used to be we just picked someone by lottery and then stoned them to death.

    Woman: Stonin’ to death was too violent. Rather have the sacrifice kill itself.
    ____________________________________________

    Et devinez qui était annoncée comme la prochaine élue…

    miley southpark

    Ensuite, je comprends tout à fait ce que tu veux dire vis à vis des costumes cuir et latex, sauf que pour ma part, c’était les cheveux des meufs dans Albator qui ont a jamais orienté mes fantasmes vers la chevelure féminine.

    esmeraldas

  2. juillet 28, 2010 23:53

    Il est chouette ce blog, je reviendrai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :