Skip to content

Johnny Hallyday est mort, ou le syndrôme de Carl Von Cosel

mars 5, 2010

La mort c’est kiffant. C’est genre, le sujet préféré de tout le monde. Le tout Paris ne parle que de ça dans les soirées branchées. Michael Jackson est mort. Patrick Swayze est mort. Johnny Hallyday est presque mort. Filip des 2BE3 est mort. 300 000 haïtien anonymes sont morts : All the cool kids are doing it.

L’autre jour, je lisais un plutôt bon article sur un blog de Slate.fr dans lequel le rédac’ chef de Libé.fr se lamentait d’avoir fait péter le high score avec la mort de Super Nanny. « J’ai failli rendre ma carte de presse », qu’il a dit. Apparemment, y’a des journalistes web avec des cartes de presse. J’en veux une. Je promets, je me plaindrais même pas que les gens arrivent ici en tapant « chatroulette masturbation« .

Enfin bon, on s’éloigne du sujet : quand quelqu’un de célèbre meurt, les gens tristes vont en masse sur les sites d’info et les gens cools font des concours d’épitaphes rigolotes en 140 signes (moins quelques uns pour le hashtag de circonstance).

Tout ça c’est pas nouveau : quand Michael Jackson a fait sa dernière conférence de presse pour annoncer la série de concert qui allaient lui être fatale, il ressemblait déjà à un zombie et sur un blog qui s’est depuis autodétruit, j’avais comparé le public au docteur Carl Von Cosel.

Ce docteur était un type très bien, allemand, radiologue et inventeur raté, qui a abandonné sa famille et son pays pour se faire passer pour un pilote de sous marin aux USA et qui a fini comme technicien dans l’aile des tuberculeux d’un hôpital en Floride. Là, il a rencontré Elena Hoyos, une jeune danseuse cubaine mourante dont il est tombé amoureux. Bien qu’elle ne réponde pas à ses avances, il a obtenu de sa pauvre famille l’autorisation d’essayer tout un tas de traitement expérimentaux foireux sur elle, mais en vain.

Von Cozel n’a pourtant pas laissé la mort l’arrêter : il a volé le cadavre pour vivre avec lui pendant sept ans, tentant d’arrêter sa décomposition par tous les moyens, reconstruisant les parties de son visage qui s’effondraient, remplaçant ses yeux par des billes. Quand les autorités ont fini par pénétrer chez Von Cosel, ils ont d’abord cru trouver un mannequin à l’effigie d’Elena Hoyos avant de découvrir que sous les volutes de parfum, le mannequin puait la mort.

helena Hoyos, l'amour de la vie de Carl Tanzler

Lors du procès, le public a pris Von Cosel en pitié, les femmes en particulier voyant en lui un incurable romantique. Aujourd’hui les fans de Michael Jackson, eux qui vénéraient son corps mourant jusque dans ses derniers spasmes, hantent tous les forums du web pour raconter combien cet ange, ce génie, ce martyr est mort pour nos péchés. Dans une moindre mesure, Avec Patrick Swayze ou Cathy Sarraï, c’est la même chose. Je ne vous apprend rien bien sûr en vous disant qu’on ne dit jamais autant de bien de quelqu’un qu’à son enterrement. Et c’est là que le business commence.

L’idée cynique m’était venue en pensant à tout ça de créer un blog sur lequel chaque jour j’écrirais la nécrologie d’une célébrité encore en vie. Le funeste jour venu, je n’aurais plus qu’à récupérer les bénéfices de mon travail de référencement anticipé. Évidement, comme à chaque fois que j’ai une idée pour faire fortune, un autre l’a eue avant moi : le site jesuismort.com tient un registre de toutes les célébrités a avoir jamais passé l’arme à gauche, mais a aussi des pages pour tout ce que le monde compte de futurs cadavres, de Christophe Maé à Jean Rochefort en passant par Justin Bieber (un terrible enfant star qui vient de fêter ses super sweet sixteen).

Le mieux référencé, cependant, quand on tape une recherche sur la mort d’un encore-vivant, c’est souvent le Parisien qui arrive premier sur « Martine Aubry est morte » et sur tout un tas d’autres recherches semblables grâce à des pages de recherche comme celle ci :

La mort est une actu comme une autre, et il faut donc préparer son référencement à l’avance pour en récolter les retombées le jour où le buzz sera là. Comme le docteur Von Cosel, le public tombe amoureux des mourant et baise les morts. Même pour ce genre d’histoire d’amour, il y a des marieurs. C’est un sale boulot, mais il faut bien que quelqu’un le fasse. Pas la peine de jouer les vierges effarouchées qui veut rendre sa carte de presse.

Advertisements
6 commentaires leave one →
  1. mars 5, 2010 11:07

    Ah !
    Ça valait le coups d’attendre un jour de plus pour ce post !

  2. Chrysanthème permalink
    mars 5, 2010 11:50

    Quel retour en force, bordel. L’histoire de Von Cosel(mais ton talent à la raconter y est pour quelque chose je crois) est sans doute l’un des trucs les plus glauques dont j’ai entendu parler.

  3. Pigeon Of death permalink
    mars 5, 2010 14:10

    Encore du caviar pour mon ptit cerveau

  4. 2goldfish permalink*
    mars 5, 2010 14:20

    Nhésitez pas à cliquer sur le lien que j’ai mis dans l’article pour en apprendre plus sur Von Cosel, je vous ai fait la version courte, il avait aussi comme projet de construire un avion qui aurait emmené le cadavre suffisament haut dans la stratosphère pour que les radiation y réinjecte la vie, entre autres détails marrants.

  5. Baleine des sables permalink
    mars 5, 2010 16:40

    Ah ah !
    Et au cas où tu te poses LA question, voici la réponse : http://whathappensafteridie.com/

  6. 2goldfish permalink*
    mars 5, 2010 17:08

    Punaise, je viens de me rendre compte, faut que je dise à ceux qui se demanderaient : le Carl Tanzler du titre, c’est le Carl Von Cosel de l’article. Il a changé de nom au cours de sa vie, sans doute le truc le moins bizarre qu’il ait fait.
    Et moi j’ai changé de nom de prédilection en cours de rédaction et j’ai oublié de changer le titre. Ca m’apprendra à écrire avant 10H du mat, c’est pas une heure à mettre un blogger dehors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :