Skip to content

Un monde selon Garp

janvier 26, 2010

J’ai terminé Les Netocrates récemment : 1/3 Que Sais-Je l’histoire politique, 1/3 La Société du Spectacle pour les nuls, 1/3 de citations trop Nietzschéennes pour être honnêtes.

Le bouquin est co-écrit par le producteur des Cardigans et un chroniqueur politique & cuisine du Svenska Dagbladet (l’équivalent du Monde, la rigueur Suédoise en plus), property of Schibsted, le groupe média Norvégien auquel appartient ma boîte actuelle.

Sous-titre : Une nouvelle élite pour l’après-capitalisme.
Déjà, c’est obligé, tu tiques. Ensuite tu lis l’essai où les blagues potaches & les métaphores mal filées (les « capitalistes » sont surnommés les « pom-pom girls » tout au long des 250 pages …) côtoient cette race particulière de mots compliqués qui désignent des choses simples.
Gutenberg… puis Internet. Lisez 90% des tentatives de théorisation du social web, vous y trouverez ce raccourci. C’est à ça qu’on repère l’imposteur qui s’improvise sociologue et essaie de vous insérer une banane dans le cerveau.

L’histoire d’un monde nétocentrique, où Internet représente la révolution ultime du millénaire nouveau. Vos parents se sont pris l’émergence de l’ordinateur dans la face ? Vos grands parents la guerre nucléaire ? Vos arrières grands parents l’électricité ? Et d’autres avant eux le téléphone et l’invention de la pub… ? Rien à foutre, c’est Internet qui transforme l’équilibre du monde et qui va tuer la capitalisme, on t’a dit. C’est internet qui va générer la plurarchie vénérée par les théoriciens de l’histoire, comme un rêve humide de socialiste. Internet encore qui détrônera les vieilles élites et va mettre en place la méritocratie d’une société finalement éclairée.

Google se paye une campagne sans précédent pour Chrome, AOL France ferme ses portes et licencie son personnel. Les groupes se font et se défont, le sacro-saint Retour Sur Investissement de la société über-marchande a déjà pris ses marques sur ce nouveau média. Ce sempiternel casseur d’ambiance qui arrivait toujours le dernier pour sabrer la fête s’est rapidement trouvé un terrain de jeu à sa mesure, et c’est Google qui lui a ouvert la porte.

Parce que derrière la philosophie oui-oui et les véritables vertus du réseau, le net c’est aussi un Far West où les frontières légales ne veulent pas dire grand chose. Un château de sable qui embauche et débauche à la vitesse de la lumière. Un monde qui vous forcera à la formation perpétuelle, et qui vous demandera de redéfinir toute votre expérience à la lumière du nouveau prisme en vogue entre chaque contrat. Un média d’information autant que d’asservissement.

Et les nétocrates ? Juste un réseau bourgeois qui aurait overdosé à la contre-culture ? Une communauté de self-made men à succès ? Selon la définition d’Alexander et Jan, j’en aurai déjà croisé 3 ou 4 dans ma carrière, fortunes nées par le Web avec l’occupation stratégique des contenus et des gens du réseau… la main-mise sur les carrefours d’audience et de services du nouveau monde. Des gens avec une somme imparable d’expérience sur leur réseau, alliée à un sens tranchant de son exploitation commerciale.

Une nouvelle race de directeurs de mine.

La force des Nétocrates, ainsi que des livres sur la transformation du monde par la magie de l’Internet, c’est de vendre à grands renforts d’outrance un changement du paradigme informationnel dominant pour camoufler une réalité autrement plus vaine : Internet ne fera rien d’autre que redistribuer une poignée de cartes, mais ce seront les leurs.

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. 2goldfish permalink*
    février 10, 2010 18:50

    Moi ce que je trouve rigolo, c’est comment ils t’expliquent que les utopies c’est de la merde et qu’eux ont une vision lucide et impartiale du futur, dans laquel tous les besoins matériels de la population seront comblé, la méritocratie marchera et leurs patrons d’aujourd’hui seront sous le jougs de types exactement comme les auteurs.

    Aussi, j’ai toujours pas compris comment les netocrates allaient se payer des piscine avec toute cette « attention » qu’ils auront. Parce que le seul vrai pouvoir, dans l’Histoire, ça a toujours été de se faire construire une belle piscine.

    C’est un livre typiquement d’il y a dix ans, ça, quand on croyait que les piscines allaient magiquement apparaitre avec l’Attention. L’Attention, ça vaut toujhours rien si tu peux rien en faire.

  2. février 11, 2010 23:18

    L’Attention, les profs de journalisme l’enseignent aujourd’hui à leurs élèves comme l’or du XXIe siècle. J’avais un article sur ça. Je l’ai perdu sur Twitter. Il avait quelques heures à peine… :(

Trackbacks

  1. Le nouvel ordre mondial sera pop ou ne sera pas « boum box

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :